AccueilActualitéSociétéEditorial - Feu à volonté

Editorial - Feu à volonté

C’était le 4 décembre à Saint-Etienne, la tradition a été respectée avec le défilé des mineurs, statue de la sainte patronne en tête, pour honorer sainte Barbe.

ActualitéSociété Publié le ,

L’occasion aussi d’inaugurer la rénovation du musée du Puits Couriot. Coïncidence également pour les ouvriers du chantier de la galerie de sécurité du tunnel de Fréjus (qui, eux aussi, ont sainte Barbe comme « patronne ») : à quelques heures de sa fête du 4 décembre, la jonction entre les deux équipes, italienne et française, était réalisée. Petit rappel, sainte Barbe, martyre qui ne voulait abjurer sa foi, fut enfermée dans une tour qui fut incendiée, puis elle fut martyrisée dans d’effroyables conditions, certaines parties de son corps brûlées… D’où ce choix comme sainte patronne des métiers liés au feu et aux explosions : pompiers, mineurs, artilleurs (1).
Feu à volonté donc la semaine dernière dans l’actualité. Avec l’annonce qu’il ne serait plus possible aux Parisiens nostalgiques du feu de bois de faire flamber des bûches dans leur cheminée, à l’ancienne, à partir du 31 décembre. Qui a dit que les écolos faisaient feu de tout bois ? Feu des armes, celles d’Alain Delon, dont la collection de pistolets, revolvers et autres carabines et fusils a fait l’objet d’une vente aux enchères particulièrement suivie par les amateurs et les autres aussi d’ailleurs. Heureux les pacifiques ! Feu évité pour Ségolène Royal arrivant à Lyon pour inaugurer le salon Pollutec : les pompiers et le Samu se sont déployés sur l’aérodrome de Bron, l’avion ayant des difficultés avec son train d’atterrissage. Sans oublier le patronat réuni à Lyon pour protester contre le gouvernement et sa politique, les commentateurs n’hésitant pas à souligner que le patron du Medef, avec sa stratégie de surenchère permanente, jouait avec le feu.
Et voilà que les usines d’une des plus célèbres armes à feu du monde, la Kalachnikov, connaissent des difficultés en Russie pour cause de sanctions économiques américaines. Des sanctions provoquées justement par l’usage des armes à feu, bien sûr, en Ukraine : c’est toujours dangereux de mettre le feu aux poudres… Heureusement, ou malheureusement plutôt, les conflits du Proche-Orient et d’Afrique pourraient bien contribuer à regarnir le carnet de commandes du holding Rostec, dont le fleuron est la société Kalachnikov - société qui pourra donc continuer d’apporter son concours dans la mise à feu et à sang de régions entières.
Retour en France, où la rengaine litanique de réformes à faire, en cours, envisagées, espérées et surtout… retardées, fait long feu.
Un peu comme si notre pays s’était mis à l’heure suisse ou plus précisément mettait en oeuvre la maxime : « Y’a pas le feu au lac ». A Lyon même, outre la future métropole qui connaîtra son baptême du feu dans trois semaines, l’humeur est plutôt festive. Pas, bien sûr, pour les SDF, ceux dont on disait il n’y a pas si longtemps sans l’hypocrisie des sigles dissimulant la réalité, qu’ils étaient sans feu ni lieu (2). Les projecteurs sont donc braqués sur la fête des lumières ; les nostalgiques regretteront peut-être le petit feu des humbles lumignons d’antan, mais ne faut-il pas vivre avec son temps, celui où il est indispensable « d’allumer le feu», comme le hurle un chanteur septuagénaire et qui vient de sortir son quatre cent vingt-huitième disque (à moins que ce soit le deux cent soixantetroisième) (3).
Bref, pour le 8 décembre à Lyon, le feu… sacré est bien oublié. Enfin, un dernier salut à feu Jacques Barrot, un homme politique comme on aimerait en avoir plus. Requiescat in pace.

D.T.

(1) Et pour les habitants de Bozel, commune savoyarde de Tarentaise qui, comme chaque année, pour la sainte Barbe, a dégusté la soupe traditionnelle de haricots avec du lard, à l’issue de la messe célébrée dans la chapelle sainte Barbe.
(2) La cérémonie à la mémoire des morts sans toit, au cimetière de la Guillotière, et l’hommage rendu à cette centaine de personnes à l’Hôtel de ville de Lyon ont eu lieu mi-novembre.
(3) Il s’agit, on l’aura compris, du quarante-neuvième album de Johnny Hallyday

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?