AccueilSociétéEditorial - En bonne compagnie

Editorial - En bonne compagnie

A l’affiche, au Musée historique de la ville de Lyon, Gadagne si l’on préfère, depuis la semaine dernière et jusqu’au 4janvier prochain, l’exposition «Compagnonnage à Lyon: des origines mythiques à nos jours».

ActualitéSociété Publié le ,

De quoi faire parler du Tour de France en ignorant le vélo... De quoi aussi nous fournir le mot de la semaine, compagnons se prêtant bien à l’évocation de l’actualité.
Honneur au courage tout d’abord et aux compagnons de la Libération. Après tout, c’est d’actualité, puisque cette année on célébrera le 70e anniversaire de la Libération. Ils étaient un peu plus de mille à avoir obtenu cette décoration, il en reste aujourd’hui moins de vingt. Et cette distinction, qui ne peut plus être remise depuis janvier 1946, était promise à la disparition, sauf qu’elle a été attribuée à cinq communes et à des unités combattantes. Et parmi les cinq communes, il y a Grenoble et Vassieux-en-Vercors, en Rhône- Alpes donc.
Les compagnons de route ensuite, c’est notre président de la République qui est allé à Carmaux renouer avec le socialisme et l’un de ses plus emblématiques représentants, Jean Jaurès, assassiné il y a un siècle.
Les compagnons d’infortune, ce sont les joueurs de l’Olympique lyonnais, victimes d’erreurs d’arbitrage à répétition ces derniers temps. Peut-être que, dans le futur stade, on pourrait prévoir les équipements vidéo pour améliorer l’arbitrage.
Les compagnons d’armes, ce sont ces jeunes Français, plus de mille paraît-il, qui sont partis en Syrie pour faire le djihad. Des jeunes dont on parle d’autant plus que les otages récemment libérés ont évoqué des geôliers parlant français. La mondialisation, sans doute.
Les compagnons de (drôles) de jeu, ce sont ces étourdis tout près du Pouvoir, qui n’ont pas fait attention pour leur rendez-vous avec des laboratoires pharmaceutiques, pouvant laisser croire à des mélanges de genre dès lors qu’ils assuraient des fonctions annexes dans l’appareil de l’Etat. Ah ! la distraction...
Les compagnons de table, c’est au palais du Luxembourg qu’on les retrouve où, paraît-il, la «cantine» n’est pas mauvaise et propice à des échanges et autres projets: deux sénateurs du Rhône en ont apporté la preuve en mettant sur pied un projet de réforme hardie des collectivités territoriales, la Métropole. Chapeau donc à l’un de ces deux élus pragmatiques qui, le boulot fait, n’hésite pas à quitter le nid douillet du Sénat.
Les compagnons d’étude, ce sera en août prochain, Lyon accueillant un très grand congrès, celui des bibliothécaires. De bon augure pour le statut de Lyon ville internationale, qui, à l’automne, accueillera aussi deux très importants congrès, celui des HLM et celui des experts-comptables.
Enfin, n’oublions pas les Compagnons de la chanson, groupe vocal français né à Lyon, qui, sous leur dénomination originelle, les Compagnons de la musique, rencontrèrent il y a soixante-dix ans un premier succès et... Edith Piaf lors d’un gala parisien.

DT


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5098 du samedi 26 avril 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?