AccueilActualitéSociétéEditorial - Des astres

Editorial - Des astres

Le soleil a rendez-vous avec la lune.

ActualitéSociété Publié le ,

Non, aucun énième coffret collector de Charles Trenet en prévision dans les bacs. Mais un événement toujours empreint de symbolisme. Prisé par certains, émerveillés et captivés par les potentialités du système solaire et de ses composantes. Redouté par d’autres, jugeant le phénomène par trop anxiogène. Le 20 mars, l’astre lunaire occultera notre plus proche étoile, barrant son halo puissant et privant la Terre – momentanément – de cette salvatrice source de chaleur. Cette éclipse solaire presque totale, la neuvième du XXIe siècle, faisait peur aux Incas, qui vouaient un véritable culte au dieu Soleil. Cette civilisation précolombienne voyait dans ce prodige, une lutte incessante entre le Ciel et la Terre. C’est justement entre ciel et terre, et sur ce continent sud-américain autrefois territoire des Incas, qu’une catastrophe a endeuillé tous les Français. Comme un nouvel horion asséné sur notre pays fortement meurtri par les événements tragiques du début de l’année. Le tournage, en Argentine, de l’émission de téléréalité Dropped, dont la diffusion était programmée initialement pour l’été sur TF1, a été marqué par la collision, au décollage, de deux hélicoptères affrétés par la production. Le bilan est effroyable : dix victimes, dont huit de nos compatriotes. Si le grand public s’associe à la peine des familles des cinq personnels des équipes dites techniques – un Lyonnais, le caméraman Brice Guilbert, a perdu la vie dans ce crash –, il a constaté avec effroi la disparition de grands noms du monde sportif : la navigatrice Florence Arthaud, « la fiancée de l’Atlantique », victorieuse en 1990 de la légendaire Route du Rhum ; la nageuse Camille Muffat, douée en diable et multi-médaillée aux jeux Olympiques de Londres, et Alexis Vastine, boxeur malchanceux qui avait pour dessein de décrocher l’or en 2016 à Rio. Des hédonistes qui avaient pour unique nationalité, celle de l’aventure. Le dépassement de soi. Trois destins fauchés, trois étoiles éteintes. Place désormais à l’enquête. Avec en filigrane, une soif de réponses sur les circonstances exactes de l’accident. Afin d’éviter, selon l’extrait des Epîtres de saint Paul, « que le soleil ne se couche sur votre colère ». A l’international, deux faits ont émaillé l’actualité de cette semaine. L’un positif : l’envol, le 9 mars d’Abu Dhabi, de Solar Impulse 2, avion d’un genre nouveau qui effectue, grâce à la seule énergie solaire, un tour du monde à étapes durant cinq mois. Un défi de taille dont le but est double : sensibiliser aux problématiques du réchauffement climatique et promouvoir les énergies propres. L’autre moins : antienne des conflits géopolitiques, la Syrie est entrée, en cette mi-mars, dans sa cinquième année de guerre. Prenant prétexte de ce triste anniversaire, une équipe de recherche, mandatée par une coalition d’ONG, a analysé, via des photos prises par satellite à intervalles réguliers, l’évolution des lumières visibles du ciel. Et le constat est édifiant : quatre cinquième de ces lumières ont disparu depuis mars 2011. Un taux qui s’élève à 97 % dans des secteurs comme celui d’Alep. Un chiffre qui illustre bien l’angoisse et la peur dans lesquelles sont plongés les Syriens. La communauté internationale, appelée à l’aide avec force par les autochtones, doit, selon les organisations présentes in situ, « rallumer ces lumières ». Elle doit, en tout état de cause, faire la lumière sur les dégâts engendrés par les combats et les conséquences pour une population civile qui exige la vérité. La vérité ? Le soleil des intelligences…

L.O.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?