AccueilSociétéEditorial - Décodage présidentiel

Editorial - Décodage présidentiel

La loi électorale est dure : sur les dix qualifiés pour le premier tour de l’élection présidentielle on le sait, seuls deux seront (pour le rédacteur de ces lignes), sont (pour vous lecteurs) qualifiés pour la finale du 6 mai.

ActualitéSociété Publié le ,

D’où l’envie, avant que huit d’entre eux tirent leur révérence, de leur faire un dernier petit coucou. La loi électorale est dure… Pour les médias aussi, qui, connaissant les résultats dès 18 h le dimanche soir, se devaient d’attendre vingt heures pour faire connaître la sentence des urnes.
Alors on imagine bien que, miracle de la technologie aidant (Internet, réseaux sociaux, téléphones portables et tutti quanti) sans oublier un petit grain d’astuce, il était aisé de contourner les diktats de la réglementation, et d’informer le plus grand nombre dès 18 h 30. Le petit grain d’astuce ? Une recette vieille comme le monde qui s’appelle codage…
Ainsi, pour tous ceux qui aiment à jouer avec les références décalées et qui ont pour règle de vie de ne pas s’exonérer de sourire dans les circonstances importantes (on suppose que l’élection présidentielle en fait partie), on s’est amusé à trouver des noms de code pour la « bande des dix », afin de pouvoir communiquer entre 18 h 30 et 20 h dimanche prochain sur les résultats du scrutin. Et comme on avoue la faiblesse d’être un peu cuistre, on a choisi comme source de codage et la référence à des personnages historiques, et la référence à des oeuvres littéraires ; cela donne à peu près cela…
Honneur aux femmes d’abord : Eva Joly, si c’était un personnage historique, ce pourrait être Théroigne de Méricourt, la révolutionnaire féministe, et nul doute qu’en matière d’oeuvre littéraire, Antigone, d’Anouilh ou de Sophocle, lui irait comme un gant. Pour Marine le Pen, c’est simple : Jeanne d’Arc en référence historique, et bien sûr, côté oeuvre littéraire, La Peste de Camus. Pour Nathalie Arthaud, on hésite en référence historique entre Louise Michel et Flora Tristan, mais côté littérature, on opte pour Catherine dans Germinal de Zola.
Du côté des hommes, on voit assez bien Nicolas Sarkozy en Adolphe Thiers (pas seulement pour la taille) et « codé », en littérature par l’Homme pressé de Morand. Jean-Luc Mélenchon, lui pourrait être Jaurès le tribun et en littérature, l’Insurgé de Vallès. Aucune hésitation pour Philippe Poutou : Humiliés et Offensés de Dostoïevski c’est tout lui en littérature, et la référence à la personnalité historique de Jules Guesde ne saurait le gêner… Ah ! pour Jacques Cheminade le sulfureux, on a beaucoup cherché, mais pourquoi ne pas retenir Eugène Deloncle, le créateur de la Cagoule dans l’entre-deux-guerres comme référence historique et le roman Joseph Balsamo d’Alexandre Dumas ? Pour François Bayrou, c’était plus simple : son ambivalence gestionnaire/révolté peut parfaitement se retrouver dans Jacquou le Croquant d’Eugène Le Roy (l’action du roman se situe pas très loin de chez lui) et Casimir Périer, le sage ministre de Louis Philippe, bien connu des grenoblois. Nicolas Dupont Aignan ? On en ferait bien, côté historique, un Gambetta, celui qui anime la résistance contre l’Allemagne en 1871 ; et le Don Quichotte de Cervantès.
On a bien sûr réservé un sort particulier à François Hollande : côté personnage historique, Clémenceau nous plait bien en référence, d’abord parce qu’il a commencé son parcours politique à gauche et surtout parce que le « Tigre » était doté d’un sens de l’humour ravageur. Et côté oeuvre littéraire, on opte pour le Prince de Machiavel, parce que savoir prendre son temps, dissimuler ses intentions et son but, toutes marques du prince avisé selon Machiavel, ne semble pas étranger à ce garçon.
Dimanche soir, sur twitter, pour tous ses « amis » le journaliste Dupont pouvait envoyer le message suivant : « Antigone dans les choux, Clémenceau tient la corde, Thiers dépasse le quart, Casimir Périer prend l’eau de toute part, Jeanne d’Arc joue les boutefeux…

D.T.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?