AccueilActualitéSociétéEditorial - Comme Bach...

Editorial - Comme Bach...

Bernard Tapy (1), vous vous souvenez? En 1966, il enregistre un 45tours chez RCA, Passeport pour le soleil, puis Vite un verre, qui n’ont pas fait tourner la tête au box-office.

ActualitéSociété Publié le ,

Peut-être aurait-il dû faire une reprise à la française (comme cela était en vogue à l’époque) d’un succès anglo-saxon; par exemple, au hasard, le Come back d’Eddy Grant and the Equals... succès garanti. D’autant qu’un tel titre, Come back, lui serait allé comme un gant. Car une nouvelle fois, Bernard Tapie revient sur le devant de la scène (de l’actualité, pas des salles de spectacle). Après le rachat du quotidien marseillais, voilà que l’arbitrage lui ayant permis de récupérer 400M€ auprès de l’Etat est remis en question. Affaire à suivre.
Ce come back de Bernard Tapie se produit alors que plus de 600 000 jeunes Français vont passer leur... bac. Autrement dit, pas loin des deux tiers d’une classe d’âge vont devenir bacheliers, alors qu’il y a 80ans (en 1930), les bacheliers étaient 15000! Pas de doute, ce séculaire bac est devenu quasi universel: en 1808, année de sa création, ils n’étaient que 21bacheliers. Et dans le passé déjà (rien de nouveau sous le soleil), avoir obtenu son bac n’était en rien l’assurance d’un débouché professionnel. N’est-ce- pas Jules Vallès qui, à la fin du XIXe siècle, dans son roman autobiographique Le Bachelier, explique: «A ceux qui, nourris de grec et de latin, sont morts de faim, je dédie ce livre »...
Toujours dans l’actualité, l’action couronnée de succès des forces policières et des B.A.C. (brigades anti-criminalité) pour retrouver Redoine Faïd, l’évadé de la prison de Séquedin qui n’avait pas hésité à faire sauter la porte de son centre de détention à l’explosif. Un épisode de plus de la guerre entre B.A.C. et ceux qui braquent...
On aura garde d’oublier la demande, plus près de chez nous à Lyon, dans le cadre de l’aménagement des rives de la Saône, après celles du Rhône, de la création d’un bac, à traille pourquoi pas, afin de faciliter le passage des piétons d’une rive à l’autre, entre la passerelle Saint-Georges et le pont Kitchener. Une idée qui ne pourrait qu’être reprise par les écolos.
Et puis la dernière pour la route : un anniversaire, mieux, un tricentenaire. Il y a en effet 300 ans tout juste, en 1713, Jean- Sébastien est nommé Konzertmeister à Weimar, ce qui l’obligera à composer des cantates religieuses. Jean-Sébastien? Bach, bien sûr. Dont l’oeuvre est tout aussi plaisante que le Baby, come back d’Eddy Grant !

DT



(1) Pseudo employé par l’apprenti chanteur

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?