AccueilSociétéEditorial - Bouchon lyonnais

Editorial - Bouchon lyonnais

On a toutes les raisons, cette semaine, d’appeler à la rescousse Dom Pérignon, ce moine bénédictin de Champagne qui, au XVIIe siècle, mit le vin éponyme sur la voie du triomphe.

ActualitéSociété Publié le ,

Encore faudrait-il ne pas oublier que sans son pèlerinage dans le Languedoc et la « découverte » du bouchon de liège déjà utilisé à Limoux, le champagne ne serait peut-être pas ce qu’il est aujourd’hui. Vous l’avez donc compris, c’est le bouchon qui cette semaine nous sert de fil d’Ariane dans l’actualité. Car à peine sorti de la période où les bouchons du beaujolais nouveau ont saturé nos poubelles, se profilent les fêtes de fin d’année où d’autres bouchons vont sauter allègrement, ceux du champagne justement.
C’est donc cette période qu’ont choisi la chambre de commerce et d’industrie de Lyon et OnlyLyon tourisme et congrès pour lancer officiellement l’association « Les bouchons lyonnais » avec remise de diplômes aux dix-sept premiers bouchons labellisés. On rappellera à tous ceux qui ne sont pas de Lyon que ces établissements, temples de la cuisine lyonnaise, tirent leur nom de la poignée de foin et de paille entremêlés qui était utilisée pour bouchonner les chevaux des voyageurs à l’étape ; poignée de foin et de paille qui avait été choisie comme enseigne de ces établissements où l’on trouvait gîte et couvert. Le nom sinon l’enseigne, est resté. Seule question que l’on se pose avec la création de cette association : il en existait déjà une, les A.B.L. pour Authentiques Bouchons Lyonnais, fondée en 1997 par Pierre Grison, recensant vingt-deux établissements. Se dirige-t-on vers une nouvelle guerre des chefs, pardon des associations et faut-il s’attendre à des primaires, votes de motions, contestations des résultats afin de faire désigner par les militants, pardon, par les clients des bouchons, l’association légitime ? Bien sûr que non puisque l’on est à Lyon, pas à l’UMP où devant la tournure prise par les évènements, et pour être trivial, l’expression adoptée serait plutôt « bouchons-nous le nez »… Tout comme quelques années auparavant, on pouvait utiliser la même expression lors de congrès du Parti socialiste. Or vous en conviendrez, l’appétit de pouvoir n’a rien de comparable avec l’appétit naissant à neuf heures du matin grâce aux effluves de tripes bien de chez nous, dans un bouchon justement.
On demeurera dans le même registre avec les bouchons de circulation provoqués par la fermeture du tunnel de la Croix-Rousse, qui paralysent les voies de communication et leurs usagers sans qu’on voit bien comment la situation pourrait ne pas empirer. Heureusement, d’autres bouchons permettent d’éviter de sombrer dans la morosité : les bouchons… de champagne qui ont sauté, à l’issue des matches de football, en Rhône-Alpes : lors de la victoire de l’ASSE contre Paris en coupe de la ligue ouvrant les portes de la demi-finale aux Stéphanois et celle de l’OL à Marseille permettant aux Lyonnais d’être leaders du championnat de ligue 1.
Quant à notre équipe du Tout Lyon Affiches, elle attend, avec beaucoup d’impatience, les réactions des lecteurs de notre hebdomadaire face à la nouvelle formule adoptée, conjuguant nouvelle maquette, voulue plus dynamique et aérée, à une pagination renforcée et un enrichissement rédactionnel, en particulier de la rubrique économie. Pas question en effet de déboucher les bouteilles festives avant ce verdict.

D. T.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?