AccueilActualitéSociétéEditorial - Bâtisseurs de possibles

Editorial - Bâtisseurs de possibles

L’entrée solennelle, auguste et sentencieuse, de quatre femmes et hommes, parangons de la France libre, au Panthéon, temple laïque de la Nation reconnaissante, outre réaffirmer les valeurs fondatrices et constitutives de notre pays et raffermir son unité, avait pour dessein de braquer la lumière sur ces héros de l’armée des ombres.

ActualitéSociété Publié le ,

Foin de nostalgie, le but était, prioritairement, d’honorer ces figures de la Résistance afin de montrer que l’inéluctable ne l’est jamais entièrement, que le renoncement n’est pas la voie à suivre et que l’engagement, au cœur de combats plus ou moins ordinaires, a constamment pour corollaire l’espérance.

Dans ce quatuor (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay), la présence de deux femmes est, au-delà du symbole, un signe fort de notre temps. Une reconnaissance du rôle éminent joué durant l’ultime conflit mondial, mais aussi du tempérament pugnace de deux personnalités, par la suite pleinement investies aux côtés des plus démunis, dans leur quête permanente de bâtir un monde meilleur. Si l’Alti-ligérienne Germaine Tillion, rescapée du camp de concentration de Ravensbrück, a dénoncé la pauvreté en Algérie dans les années cinquante, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, nièce du Général, a troqué, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, sa résistance contre le nazisme contre une lutte sans relâche contre la paupérisation de la société. Véritable sceau de son implication, elle accèdera à la tête de la branche française du mouvement ATD (Aide à toute détresse) - devenu aujourd’hui Agir tous pour la dignité Quart Monde -, présidence qu’elle occupera de 1964 à 1998.

Le combat de cette militante des droits de l’homme, dont le corps repose dans la commune de Bossey, en Haute-Savoie (sa famille n’ayant pas souhaité séparer sa dépouille de celle de son mari, le cercueil entrant au Panthéon ne contiendra que de la terre prélevée du cimetière de Bossey), n’a peut-être jamais été autant d’actualité. La requête formulée par la Commission européenne sollicitant les états membres de l’Union européenne dans la prise en charge des migrants lui donne une réelle acuité. La France devrait concrètement accueillir quelque 6 750 demandeurs d’asile syriens et érythréens, auxquels s’ajouteront 2 375 réfugiés syriens dans les deux prochaines années. Un geste de solidarité envers autrui que n’auraient assurément pas renié les deux « panthéonisées ».

Et pour assurer un accueil décent à tous ces futurs allophones, l’Etat s’appuiera sur les forces vives œuvrant sur le terrain, notamment les associations comme ATD, qui dénoncent, rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques à l’appui, l’accroissement des inégalités dans l’Hexagone. Paru en mai, ce document stipule que ces dernières se sont creusées entre 2007 et 2011, les plus riches gagnant aujourd’hui 7,4 fois plus que les pauvres, contre « seulement » 6,8 fois en 2007. « Nous avons atteint un stade critique », déplore un responsable de l’OCDE, fustigeant des situations individuelles catastrophiques, un niveau de vie et des conditions de logement dégradés.

De logement, il en était largement question lors de la présentation, tant attendue, des « partis pris architecturaux » du projet urbain Gratte-Ciel Nord de Villeurbanne. Outre des milliers de mètres carrés consacrés aux commerces, aux bureaux et aux équipements publics, environ 900 logements seront construits, en particulier pour du locatif social. Un nouveau visage pour ce quartier appelé à doubler la superficie du centre-ville villeurbannais. « Le niveau d’exigence est fort, argumente le maire Jean-Paul Bret. Il s’agit de renouvellement urbain sur un site patrimonial, une opération sans équivalent en France ». En rappelant la mémoire de l’architecte Môrice Leroux et de l’édile de l’époque, Lazare Goujon, Jean-Paul Bret a tissé le lien entre la genèse de ce quartier et son avenir. Une continuité dans l’histoire qu’ont pu appréhender les habitants, majoritairement satisfaits en découvrant les diverses perspectives du projet, notamment celle dévoilée depuis l’esplanade… Geneviève de Gaulle-Anthonioz !

L.O


Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?