AccueilSociétéEditorial - Auréolés

Editorial - Auréolés

C’est bien le cas de le dire, Dieu sait combien l’on a entendu de choses ces derniers temps sur les canonisations des papes Jean XXIII et Jean Paul II.

ActualitéSociété Publié le ,

Un déferlement médiatique, que l’on ne déplore pas bien sûr, on reste dans le constat. Evidemment, ont été évoqués la longue procédure, le fameux procès en canonisation interminable, avec l’avocat du diable (advocatus diaboli) jouant les procureurs, la minutie dans les vérifications que toutes les conditions sont bien remplies pour que les impétrants deviennent saints. On a tout entendu, sauf…
… Sauf qu’il existe une autre procédure pour canoniser, beaucoup plus rapide. On ne résiste pas à vous en donner le nom : c’est la canonisation équipollente. Dans ce cas, le pape décide l’inscription au catalogue des saints et hop ! c’est fait. Ce fut le cas par exemple pour saint Bruno, le fondateur de l’ordre des chartreux, canonisé ainsi en juillet 1514 par le pape Léon X… plusieurs siècles après sa mort. Au reste, le cinq-centième anniversaire de cette canonisation donnera lieu à des manifestations et à une exposition au pied de la Grande Chartreuse fin juin.
Et n’allez pas croire qu’il s’agit d’une pratique disparue : le 18 décembre dernier, un prêtre savoyard, Pierre Favre fut canonisé ainsi par le pape François. Le fait que Pierre Favre ait été un compagnon d’Ignace de Loyola et que le pape François est jésuite n’a rien à voir : Angele de Foligno fut aussi canonisé de cette façon, le 9 octobre dernier par le même pape.
Comparaison n’est pas raison mais on ne peut s’empêcher de penser aux nominations, par le président de la République, dites « au tour extérieur », au Conseil d’Etat ; ou comment devenir conseiller d’Etat par le fait du Prince, sans être obligé de cravacher pour sortir « dans la botte » au concours de l’ENA. Reste à savoir s’il est plus confortable d’être saint ou conseiller d’Etat. En tout cas, à notre connaissance, il n’existe pas de saint qui ait été conseiller d’Etat. Le pouvoir du président de la République, pourtant chanoine honoraire de Saint-Jean-de-Latran à Rome, ne va pas jusque là…


DT

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?