AccueilSociétéEditorial - Ascension périlleuse

Editorial - Ascension périlleuse

Et si, en ces temps moroses où tout nous ramène à la lourde condition d’occupant du plancher des vaches, l’on se décidait à tirer vers le haut ? L’opportunité ? Ce jeudi de l’Ascension, qui a vu, selon la tradition évangélique, le Christ rejoindre le Père dans un envol proprement sidérant.

ActualitéSociété Publié le ,

Comme fut tout aussi sidérant, soit dit en passant, le voyage nocturne du prophète Mahomet chevauchant – accompagné de l’archange Gabriel – Bouraq, le cheval fantastique qui le conduisit de La Mecque à Jérusalem, puis de Jérusalem jusque dans les sept cieux, avant de revenir sur terre et d’attendre, post mortem, le dernier jour, quand Bouraq viendra rechercher le Prophète ressuscité pour le conduire au paradis.
Retour sur terre où les ascensions s’avèrent plus profanes, moins spectaculaires et pour dire vrai souvent éphémères. Ainsi, des marches de Cannes dont on parlait la semaine dernière pour s’étonner que l’on ne les évoque que dans un seul sens, leur montée, jamais leur descente. Ou encore, de l’ascension des valeurs du CAC 40… concomitante avec celle du nombre des chômeurs et dans une conjoncture économique mondiale pas totalement orientée au beau fixe et aux avenirs radieux. De là à regretter l’époque de l’inflation reine, quand les prix montaient par l’ascen… seur et les salaires par l’escalier, il y a un pas que l’on ne franchira pas… tout de suite.
Ascension encore avec toutes ces jeunes pousses d’entreprises pour l’avenir, développant des nouvelles technologies et leurs applications, avec le même enthousiasme collectif qu’au XVIe siècle quand les galions partaient à la recherche de l’or, sur des continents à peine découverts. Pourtant, en 2002, l’explosion de la bulle Internet avait rappelé que les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel. Des PER (price earning ratio) irrationnels, malgré tout, sont de nouveau constatés sur des valeurs technologiques de croissance. Mêmes causes, mêmes effets ? Les facultés d’oubli apparaissant proprement surprenantes et constantes. Tenez : le tunnel sous la Manche et les petits actionnaires floués, cela ne vous rappelle pas le canal de Panama ?
Allons, il y a des ascensions moins déprimantes, plus exhaltantes. Celles des balles de tennis au service, sur les courts de Roland- Garros. Ou encore celle de la malheureuse Europe. La vraie, accrochée au cou du taureau-Zeus et dont l’ascension se termina par un viol. Et oui, c’est hélas, trop souvent le cas avec nos ascensions bien humaines : après la montée au Capitole, cela se termine souvent au bas de la Roche Tarpéienne.

DT

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?