AccueilSociétéEditorial - Archéologie : chasse au trésor sauvage

Editorial - Archéologie : chasse au trésor sauvage

Vous quittez Couiza (Aude) et la route s’élève en lacets jusqu’au village qu’ont rendu célèbre et l’abbé Saunière et le Da Vinci code.

ActualitéSociété Publié le ,

La vue (le panorama est somptueux) se trouve, au détour d’un virage, bouchée par un immense panneau, au moins un « quatre par trois », avertissant qu’un arrêté municipal interdit toutes fouilles sur le territoire communal. La commune, c’est bien entendu Rennes-le-Château. Et le même message se retrouve en de nombreux endroits de la commune qui connaît toujours et encore une affluence de touristes.
Interdit de creuser ? C’est bien évidemment pour pallier aux inconvénients de « fouilles sauvages » très fréquentes semble-t-il à la recherche de ce qui pourrait rester du prétendu trésor qu’aurait découvert l’abbé Saunière fin XIXe siècle début XXe siècles, ce qui expliquerait les dépenses faramineuses notamment en bâtiments, de l’ecclésiastique. Et comme un trésor ne suffit pas, vous rajoutez la dimension mystère, une bonne dose d’ésotérisme du style Jésus a eu un enfant avec Marie-Madeleine et ses descendants étaient les rois mérovingiens qui ont récupéré et caché à Rennes-le-Château le trésor ramené de Palestine jusqu’à Rome par Titus (dont le célèbre chandelier à sept branches) trésor récupéré à l’occasion du sac de Rome en 476… A moins qu’il ne s’agisse du trésor des templiers enterré en 1314…
De tout ce fatras, il demeure au moins trois enseignements à tirer, outre le fait que le temps ne fait rien à l’affaire, les « gogos » demeurent toujours aussi nombreux. Le premier de ces enseignements, c’est qu’au moins, les recettes liées au tourisme doivent être impressionnantes pour une commune aussi petite ; après tout tant mieux. En revanche, et c’est le deuxième enseignement, une nouvelle fois est mis en lumière le saccage de zones archéologiques potentielles, par des individus peu scrupuleux qui, équipés d’un détecteur de métaux à la recherche de pièces de monnaie ou autres « trésors » détruisent des sites et les précieuses informations qu’ils pourraient nous livrer sur le passé. Parlez-en aux archéologues, tous seront unanimes pour déplorer un phénomène qui prendrait de l’ampleur.
Et puis le dernier enseignement, sous forme de boutade : pourquoi le maire de Rennes-le-Château ne proposerait pas aux écolos de tourner un film sur la commune afin d’illustrer… les ravages que ferait l’exploitation de gaz de schiste ?…

D.T.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?