Edito : Fièvre

Et dire que le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint… Omniprésente, la grippe fait des ravages en France où l'on déplore de nombreux décès, nonobstant un vaccin efficient face au virus AH3N2 et des services d'urgence hautement mobilisés.
Edito : Fièvre
DR

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

« Le bilan sera probablement lourd », prédit la ministre de la Santé, Marisol Touraine. A Lyon, il l’est déjà, à l’aune de l’épisode de surmortalité (13 décès de pensionnaires, âgés et cacochymes) enregistré à l’Ehpad Korian Berthelot. Si le pays est affecté dans son entièreté, la région Auvergne-Rhône-Alpes demeure la plus touchée. Pour la cellule d’intervention de Santé publique France en région, l’épidémie grippale est pourtant stabilisée en Auvergne-Rhône-Alpes. Une information à prendre avec réserve mais qui, au cœur de cette période hiémale et de ce mois de janvier traditionnellement meurtrier, constitue une bonne nouvelle pour les services hospitaliers, encombrés. Entre le 19 décembre 2016 et le 8 janvier 2017, 7 856 patients, dont 2 238 ont ensuite été hospitalisés, ont franchi les portes des services d’accueil des urgences des HCL. Soit une hausse de 4,35 % pour les passages, et même de plus de 9 % pour les hospitalisations en comparaison à l’an dernier. A ce jour, le déclenchement d’un plan blanc n’est pas envisagé.


La sécurité des patients. La qualité des soins. Deux notions infrangibles pour les Français, à en croire les ultimes sondages. Sollicités par divers instituts afin de marquer sinon leur choix, à tout le moins leur intérêt pour les candidats à la présidentielle, ils ont, outre le récurrent thème du chômage, positionné la sécurité, sous toutes ses formes, et le devenir de la sécurité sociale à l’acmé de leur réflexion. Pour près de quatre citoyens sur cinq, ces sujets sont majeurs et conditionneront, in fine, leur vote.


Ils devraient donc, sans nul doute, prendre en compte ces données, eux qui sont vent debout contre Fillon qu’ils accusent de « casse sociale » et d’être l’auteur d’un « programme archaïque et conservateur ». Eux ? Ce sont les sept protagonistes de la primaire de la gauche qui n’entendent pas se tromper d’adversaire, appelés qu’ils sont à présenter leur vision de la France et leur programme. Sur le plan économique, des disparités émergent. Manuel Valls, plagiant Sarkozy, veut défiscaliser les heures supplémentaires, Benoit Hamon joue la carte d’un revenu universel, Vincent Peillon veut repenser la gestion du temps pour chaque salarié… Arnaud Montebourg mise, lui, sur la santé. L’homme du « made in France » entend lutter contre les déserts médicaux et propose la création d’une mutuelle publique. La bataille s’annonce ardue. Fiévreuse diraient certains… Et même si les différences programmatiques n’ont jamais constitué un obstacle dirimant à un rabibochage, il faudra bien, au soir du 29 janvier, panser les plaies…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?