Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Edition, le papier pèse toujours

le - - Droit

Les boulimiques de lecture vont pouvoir se réjouir : le livre le plus vendu en 2010(1) n’est signé ni de Marc Lévy, ni d’Anna Gavalda, ni de Michel Houellebecq mais de Pierre Dukan ; son titre : Je ne sais pas maigrir, écoulé à 591 500 exemplaires.

Ajoutons que ce Pierre Dukan là témoigne d’un bel appétit puisque la troisième meilleure vente de l’année dernière en France, c’est Les recettes Dukan : mon régime en 350 recettes (426 100 exemplaires) et la quatrième La méthode Dukan illustrée (414 200 exemplaires).
N’allez pas en conclure que le secteur de l’édition de livres s’est mis à la diète en 2010 par rapport à l’année précédente puisque 67 278 titres ont été publiés, soit 700 titres de plus environ qu’en 2009. Une progression d’autant plus remarquable que durant le même temps émergeait le livre numérique et le nouvel outil baptisé tablette.
Plus de livres publiés donc mais… des ventes globales en baisse, quelque soit le « baromètre » utilisé (il existe trois panels), baisse comprise entre 0,5 % et 3 %. Et pas question de mettre en cause la concurrence du livre numérique, celui-ci ne représentant en 2010 que 1,8 % du chiffre d’affaires de ventes de livres.
Cette marée de livres publiés chaque année (environ 280 chaque jour ouvrable en moyenne !), il faut les vendre(2)… Et sur ce plan, les libraires traditionnels, avec 18 % des ventes, ne sont pas les plus importants intervenants sur ce marché où la grande distribution, spécialisée ou pas, se taille la part du lion avec 43 % des ventes. Les clubs de livres assurent quant à eux 14 % des ventes et les ventes par Internet 10 %, devançant les maisons de la presse (6,5 %).
Au total, on retiendra qu’avec l’édition, on est face à un micro secteur économique, qui réalise pas tout à fait 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires quand le groupe… Total en annonce 160, soit cinquante trois fois plus. On prétendait naguère que lorsqu’on a pas de pétrole, il faut avoir des idées. Mais les idées (véhiculées par les livres) sont loin à la vue de ces chiffres de pouvoir être comparées au pactole pétrolier.
D.T.

(1) Source : étude annuelle de la direction générale des media et des industries culturelles du ministère de la culture et de la communication.
(2) Tirage moyen d’un livre en 2010 : légèrement plus de 8 000 exemplaires. Les best sellers ne doivent pas masquer la forêt…car bien sûr, tous les livres imprimés ne sont pas vendus…




GiB
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer