Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Quelle reprise pour l'activité aéroportuaire à Lyon ?

Publié le - - Services

Quelle reprise pour l'activité aéroportuaire à Lyon ?
(©ES) - Reprise des vols

La réouverture aux vols commerciaux se poursuit à Lyon. De fortes pertes seront enregistrées pour tout un écosystème d'ampleur régionale, qui construit sa reprise semaine après semaine.

Quelles seront les conséquences financières de 3 mois d'arrêt des vols commerciaux sur l'aéroport de Lyon ? « Difficile à dire aujourd'hui, explique le président du directoire de Aéroports de Lyon, Tanguy Bertolus…On aura une visibilité dans quelques semaines, voire plusieurs mois, en fonction du volume de la reprise … ». Sur un budget de 200 M€ environ, le manque à gagner se chiffrera en dizaines de millions d'euros. Cela se traduira notamment par des reports d'investissements.

Les aéroports de Lyon (Saint-Exupéry et Lyon-Bron pour les affaires), sont un outil majeur pour l'économie en Auvergne-Rhône-Alpes, « Le PIB induit est évalué à 1,8 Md€, souligne le président. »

Côté emploi, « il est trop tôt pour dire s'il y a un quelconque risque sur les postes des quelque 450 salariés de l'équipement aéroportuaire … ».

Comme ailleurs, tout dépendra de la vigueur de la reprise. Selon une étude de 2017 réalisée par Utopies, l'aéroport est créateur de 5660 emplois directs (dont 40% sont des riverains), et 36540 emplois sont soutenus par l'activité aéroportuaire (dont 23840 dans le seul département du Rhône).

En temps normal, l'aéroport gère jusqu'à 300 vols par jour, et 130 destinations sont opérées par 60 compagnies. Saint-Exupéry est un hub européen majeur (2è aéroport régional), et il est essentiel en interne pour les liaisons transversales vers la façade atlantique du pays (Nantes, Bordeaux etc.).

La reprise a été effective dès lundi 8 juin, avec quatre vols, 27 destinations qui sont annoncées pour le mois de juin (19 en France, 8 européennes). Pour la première semaine de reprise des vols commerciaux, l'aéroport enregistre 70% de remplissage des avions : ‘ « Un signal positif… ». Le terminal 1 n'est pas ouvert, il le sera en fonction des besoins pas avant plusieurs semaines.

Depuis le 9 juin, les vols vers Roissy-Charles-de Gaulle sont quotidiens. La question environnementale des vols à moins de 2h30 de train de la destination, est réglée dans le cas de Lyon, par l'argument de la correspondance : « 99%des passagers qui embarquent à Lyon pour Paris CDG, le font pour prendre une correspondance vers des vols étrangers longs courriers, précise Tanguy Bertolus. »

Si l'avion est dans le collimateur des luttes climatiques (comme de la lutte contre la covid), l'aéroport lui, fait tous les efforts pour réduire son impact environnemental : éclairage led, navettes biogaz, projet de ferme photovoltaïque, développement d'unités électriques mobiles au sol pour le chauffage et la climatisation des avions en remplacement des unités embarquées qui consomment de l'énergie fossile .

L'objectif 2030 est d'atteindre 0 émission de Co2, diviser l'eau consommée par passager par 2, valoriser tous les déchets, en recycler 60% (au lieu de 30% aujourd'hui).

Vinci Airports et le service public

Pendant 3 mois, l'aéroport n'a pas été fermé : « Nous avons assuré la continuité de service public en tant que délégataire, indique Tanguy Bertolus, durant le confinement, le réseau Vinci Airports a été fortement mobilisé, notamment pour le transport de soignants et de matériel. A Lyon, une vingtaine de vols de fret a permis l'approvisionnement de la région Auvergne-Rhône-Alpes en masques et équipements.

Vers l'international, le 8 mai, l'aéroport Saint-Exupéry a traité le premier vol du pont aérien humanitaire à l'initiative de l'UE et des grandes ONG Françaises, avec à son bord 75 soignants et 13 tonnes de matériel, à destination de Bangui en République centrafricaine. Depuis Lyon, ce sont, par exemple, 200 vols qui ont été opérés entre le 15 mars et le 5 mai pour le transports de patients Covid-19 ou de soignants .»

Un point information et assistance médicale

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, Vinci Airports a mis en place des mesures sanitaires dans les 45 aéroports qu'il gère dans le monde. A Lyon notamment, ce sont 1000 marquages au sol qui sont déployés pour la gestion des flux et la distanciation physique dans les files d'attente . Dans tout l'aéroport, le port du masque est obligatoire et un siège sur 2 est condamné, les 5000 premiers passagers se voient offrir un kit masque-lingettes hydroalcooliques. De plus, particularité lyonnaise, un point information et assistance médicale est accessible aux passagers et aux salariés des 200 entreprises de la plate-forme aéroportuaire. Cinq pompiers et agents de prévention certifiés sont présents pour apporter des informations. Si un doute sur un symptôme est décelé, les médecins de l'aéroport sont présents et un système de téléconsultation est déployé.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer