Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Métropole et Ville de Lyon : l'économie passée au crible de l'écologie

Publié le - - Dossiers

Métropole et Ville de Lyon : l'économie passée au crible de l'écologie
Métropole de Lyon

La vague verte a déferlé (aussi) sur la Métropole et la Ville de Lyon, une première pour un territoire de cette dimension. Les nouvelles équipes métropolitaine et municipale sont particulièrement attendues, non sans appréhension chez certains, sur leur gestion des questions économiques. En attendant de les voir à l'épreuve des faits, voici les intentions des deux présidents, Bruno Bernard et Grégory Doucet.

Bruno Bernard : « Redonner du sens à l'économie »

Bruno Bernard, 50 ans, a été élu à la présidence de la Métropole de Lyon le 28 juin dernier. C'est mardi 7 juillet que les 23 vice-présidences ont été connues, 7 ont été attribuées aux partenaires de gauche des écologistes. Sur la même longueur d'onde que Lyon, et plusieurs autres communes dont Villeurbanne (gauche et écologistes), la Métropole va dérouler, pour la première fois en France à cette échelle, une politique écolo-centrée.

Les verts disposent d'une majorité nette* pour enclencher tous leurs projets économiques, sociaux et d'aménagements du territoire de la plus puissante Métropole de France (3 Md€ de budget, 9 200 agents), puisque Paris n'est pas constituée en Métropole juridique et que Marseille n'a pas pris toutes les compétences que Lyon possède (notamment les affaires sociales et les collèges, jadis dédiées au département).

Une Métropole test qui sera observée par les instances politiques et qui va vite devoir avancer de conserve avec les milieux économiques. Encore peu de détails sur la politique économique du nouvel exécutif, qui va flécher sa commande publique à l'aune de l'écologie : « Ensemble nous ferons la démonstration que la transition écologique est compatible avec l'économie, qu'elle est même une opportunité qui redonne du sens à l'économie. La crise sanitaire provoque une crise économique et sociale, notre rôle est de l'amortir, de relancer la commande publique au plus vite et d'aider les secteurs qui sont les plus durablement touchés, notamment le tourisme et la culture ».

L'économie sera passée au crible de l'écologie. Le grand enjeu que Bruno Bernard a d'emblée pris en main, c'est celui de la mobilité et des déplacements, qui conditionne l'économie. Dès son élection, le président a annoncé qu'il briguerait lui-même la présidence du Sytral, poste occupé par Fouzyia Bouzerda sous la présidence Kimelfeld.

Le nouveau président annonce 20 % d'offre de bus supplémentaires, 20 km de nouvelles lignes de tramway et, « j'espère les premières télécabines ». Concernant le métro, l'exécutif semble plus enclin à lancer « la prolongation d'au moins une ligne, la plus utile aux habitants », qu'à mettre en chantier la ligne E, projet de Gérard Collomb.

Bruno Bernard a annoncé qu'une étude était lancée pour deux projets de télécabines : l'une entre Francheville, Sainte-Foy-lès-Lyon et Lyon, l'autre entre Techlid (Limonest) et Vaise. Ces projets, qui existent dans de très peu de villes françaises (Brest, Grenoble), se révèlent moins gourmand financièrement et en énergie que des tramways et métro, tout en ayant de bonnes capacités.

Côté emploi et solidarité, la Métropole va lancer une expérimentation du RSA jeune.

*84 élus écologistes et alliés sur 150 au conseil de la Métropole de Lyon

Grégory Doucet : « Le progrès écologique comme matrice de l'économie »

Il faut bien constater que pour nombre d'acteurs de l'économie, des petits commerçants aux chefs de grandes entreprises, une mairie écologiste est souvent perçue comme un épouvantail pour la croissance économique. Grégory Doucet, nouveau maire de Lyon, a fait le point d'emblée sur ces sujets . Il affiche l'intention de changer les choses avec le prisme de l'écologie en toutes choses, mais dans la co-construction, pas dans le dogmatisme.

L'un des premiers sujets un peu « épidermique » et censé effrayer les « faiseurs » de l'économie est la place et l'usage de l'automobile en ville : « En diminuant la place de la voiture en ville, nous ne voulons pas aggraver les embouteillages. Nous voulons que l'on y circule mieux, autrement et de manière plus harmonieuse. »

Pour le nouveau maire, la piétonisation en Presqu'île et dans « tous les arrondissements », doit venir « en appui au commerce », elle sera faite en « concertation » avec les habitants, sans « logique concurrentielle » surtout pas avec la Métropole (allusion à la dernière séquence Collomb vs Kimelfeld en 2019-20) : « Non seulement nous mettrons en gratuité les terrasses afin de les aider dans le contexte de crise, mais nous soutiendrons dans son ensemble l'activité des coeurs de ville afin de soutenir les petits commerçants durement touchés par l'épisode du confinement. »

Si le levier le plus direct pour l'économie et les entreprises appartient à la compétence de la Métropole de Lyon, la nouvelle orientation de la ville prévoit 1 Md€ d'investissements sur le mandat de six ans. Avec la condition d'éco-conditionnalité partout : « La ville achètera plus responsable. »

Sur le fond, la mairie entend passer de la vertu d' « attractivité » à celle d'une ville « inspirante » et modèle sur le plan écologique pour les autres villes d'envergure européennes telles que Lyon. Même si le maire s'est dit peu favorable au développement du transport aérien et opposé au Lyon-Turin : « Nous ne voulons pas affaiblir l'économie. Nous pensons que le progrès écologique peut en constituer sa matrice, sa perspective et son nouveau moteur. La rénovation thermique des bâtiments publics et du parc privé sera l'un de nos plus grands chantiers. Nous construirons aussi des équipements publics là où il en manque. Nous activerons le levier de la commande publique avec une dimension d'éco-conditionnalité.»

Une maison de la mutation écologique

Concernant les entreprises, là aussi l'accent sera mis sur le soutien via l'éco-conditionnalité : « Savez-vous que pour une PME, en moyenne, elle peut économiser 20 000 € par an en travaillant sur l'isolation de ses bâtiments, son empreinte environnementale, ses consommations... Avec nos élus métropolitains, nous engagerons également des responsables de revitalisation dans chaque bassin de vie qui les accompagneront pour accéder au foncier, mettre en place des projets collaboratifs, fluidifier le passage au numérique et nous appuierons le redémarrage ainsi que la création d'entreprises ».

Le maire entend co-construire les projets avec les entreprises : « Parlons aujourd'hui des sujets des entreprises. Le télétravail est aujourd'hui un vrai sujet. Le bien-être des habitants est aussi celui des salariés. Nous allons aussi travailler avec les entreprises sur la formation. »

La culture à Lyon est essentielle, et elle est aussi un levier pour l'économie et la consommation locale ; dans ce sens, la municipalité va mobiliser tout de suite 4 M€ pour venir en aide au secteur culturel, qui a particulièrement souffert de la crise sanitaire.

Enfin pour étayer et mesurer son écologie numérique, la mairie soutiendra « la création d'une maison de la mutation écologique - dont l'appellation précise reste encore à définir -, a annoncé le maire. Elle permettra de fédérer les énergies, d'accueillir et de réunir acteurs du monde économique, associations, équipes de chercheurs pluri-disciplinaires pour faire dialoguer savoirs, vues et travaux…».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer