Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Fiat passe sa « Nouvelle 500 » à l'électrique

Publié le - - Automobile

Fiat passe sa « Nouvelle 500 » à l'électrique

Présentée comme la troisième génération de la lignée et baptisée pour la énième fois « Nouvelle 500 », la prochaine version de la minicitadine de Fiat sera électrique.

Que serait Fiat sans la 500 ? Déjà importante dans sa version originale 1957-1975 pour les affaires du constructeur turinois, la « Nuova Cinquecento » l'est devenue bien davantage sous sa forme néo-rétro de 2007. Source d'un grand succès commercial, pas même amoindri par l'usure du temps, bien que ses bases techniques, extrapolées de celles de la Panda, n'aient guère évolué depuis.

Mais dès la rentrée prochaine, tout va changer avec l'apparition d'une Nouvelle 500 - appellation naguère déjà utilisée bien des fois - qui abandonnera la propulsion thermique au profit du tout électrique. Une petite révolution, évidemment dictée par la traque effrénée des pouvoirs publics européens à l'encontre des émissions de CO2, avec de lourdes pénalités financières pour les constructeurs récalcitrants...

Malgré son air de famille évident avec l'actuelle génération thermique (qui continue parallèlement sa carrière), la nouvelle 500 a été conçue à partir d'une feuille blanche. Étrennant une nouvelle plate-forme, elle étoffe ses proportions, élargie et allongée de 6 cm, et empattement étiré de 2 cm, pour mesurer 3,61 m. L'arrivante reste donc râblée et conserve son look reconnaissable d'entre tous, quoique retravaillé sur certains détails. Ainsi, la face avant « colle » mieux au dessin original de 1957 en se montrant plus verticale. Le logo Fiat disparaît dans l'histoire, remplacé par le nombre 500, le zéro final « zébré » d'un tiret bleu clair s'apparentant à la lettre E, pour électrique bien sûr. Enfin, de profil, la poignée de porte a disparu, au profit d'une encoche creusée dans la carrosserie, abritant une commande tactile électrique qui assure l'ouverture de la porte.

L'autre trait de modernité se découvre à l'intérieur avec la présence, sur la meilleure version, d'un écran central tactile de 10,25 pouces au format 16:9. Face visible du nouveau système d'infodivertissement Uconnect 5, que Fiat a développé autour de la plate-forme d'exploitation Android Automotive, compatible avec Apple CarPlay en mode sans fil. Au final, ces dispositions permettent l'intégration d'un smartphone en mode miroir, avec de nombreuses personnalisations à la clé. Et, combiné avec le Telematic Box Module, le smartphone de l'utilisateur reçoit toutes les données relatives au fonctionnement électrique, niveau de charge, planification des recharges et l'on en passe. Navigation, appel d'urgence, wifi et autres données connectées sont également accessibles par ce canal.

Première voiture électrique du groupe italo-américain FCA, cette Nouvelle 500 est animée par un moteur électrique de 87 kW (soit 117 ch) alimenté par une série de batteries lithium-ion d'une capacité de 42 kWh, débouchant sur une autonomie maxi de 320 km en cycle WLTP. Elle est aussi équipée d'un chargeur rapide de 85 kW qui permet de récupérer 50 km d'autonomie en 5 minutes ; en 35 mn, la batterie est rechargée à 80 %. Fiat propose aussi plusieurs solutions de recharge à domicile, telle l'easyWallbox de 7,4 kW, qui délivre une charge complète en un peu plus de 6 heures.

Accélérant de 0 à 100 km/h en 9 secondes, la Nouvelle 500 limite sa vitesse maxi à 150 km/h. Mais le conducteur bénéficie de trois modes pour lisser sa conduite, Normal, Range et Sherpa, qui bride les évolutions à 80 km/h et désactive la climatisation pour exploiter au mieux la charge restante. Par ailleurs, l'italienne est d'emblée richement pourvue en assistances de conduite, freinage automatique d'urgence, régulateur de vitesse adaptatif iACC, reconnaissance des panneaux, et même conduite semi autonome de niveau 2, une première sur une minicitadine.

Déjà proposée en pré-réservation sur Internet, l'édition de lancement haut de gamme La Prima démarre à 37 900 €, hors bonus fiscal mais WallBox comprise, et se présente en cabriolet découvrable 4 places, inédit en électrique.

L'actuelle 500 à moteur thermique continue sa carrière, non sans enrichir son 3 cylindres essence 1.0 FireFly de 70 ch d'un alterno-démarreur BSG de 12 volts qui le rend micro hybride, avec boîte 6 vitesses (à partir de 14 990 €). Le bicylindre 0.9 TwinAir 85 ch passe à la trappe, comme le bon vieux 4 cylindres Fire 1.2 69 ch, hormis sa version à transmission automatique Dualogic.




Philippe DALASSIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer