Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Cédric Denoyel : « Le H7 va changer son modèle d'accompagnement »

Publié le - - Services

Cédric Denoyel : « Le H7 va changer son modèle d'accompagnement »
© Marine-Agathe Gonard - Cédric Denoyel, PDG du H7

Le H7 opère un virage stratégique dans son accompagnement des entreprises innovantes. Le contexte socio-économique, l'avènement du télétravail sont autant de données qui ont poussé la structure lyonnaise gérée par Arty Farty à faire évoluer son modèle basé sur la notion de communauté, comme l'explique Cédric Denoyel, PDG du H7.

Comment avez-vous géré le confinement ?

Nous avons fermé le H7 en poursuivant l'accompagnement des entreprises hébergées de manière dématérialisée avec un soutien dans la recherche des aides et financements proposés. Nous avons pu aussi négocier la gratuité du loyer pendant un mois et demi pour nos locataires. Pendant ce temps de confinement, les équipes du H7 ont fait plancher les entreprises sur d'anciens projets mis de côté pour travailler leur fondamentaux et dans certains cas, pour les faire pivoter dans leur business.

Vous lancez un appel à candidature pour accueillir 30 nouvelles entreprises d'ici septembre prochain. Quel sera le profil de cette 3e promotion ?

Nous allons avoir d'abord des départs organiques, c'est à dire des entreprises qui ont commencé à recruter et qui ont besoin de place. L'idée n'est pas de remplacer un départ par une arrivée stricto sensu, certaines structures gardant par exemple un poste au H7 pour maintenir le lien et faire vivre notre communauté qui compte aujourd'hui 400 membres. Nous allons rechercher aussi certains candidats exogènes au territoire lyonnais, issus d'autres régions voire de l'étranger. L'Aderly nous accompagne en ce sens.

Vous avez engagé aussi une action auprès des PME-ETI ? Qu'en est-il ?

L'enjeu aujourd'hui est d'attirer de plus grandes entreprises pour les aider à franchir des caps en développant leurs innovations. C'est le cas d'Okeenea qui œuvre à l'amélioration de l'autonomie des personnes handicapées et dont le pôle R&D est basé au H7. L'objectif est de baigner dans l'open innovation et de nouer des partenariats entre des start-up et des entreprises de plus grande taille.

D'où un axe de travail sur des thématiques précises, à l'image du mal logement ?

Oui, nous collaborons par exemple avec Trackstone spécialisé dans l'optimisation de la gestion locative et qui analyse des meilleures opportunités d'investissement immobilier. Pour cela nous effectuons de la sous-traitance via nos experts.

Quelle est votre analyse de la crise que nous traversons ?

Nous n'en sommes qu'au début. L'impact social est considérable et va forcément créer des distorsions. Il va falloir préparer nos entreprises face à mouvement de fond sur le sujet du « mieux consommer », avec des pistes privilégiant les circuits-courts. Les entrepreneurs vont devoir gérer la décroissance qui se profile et s'organiser en interne sans forcément licencier. C'est un défi.

De quoi impacter l'organisation même du H7 ?

Forcément. Dès l'année prochaine, il faudra pouvoir proposer un nouveau fonctionnement face à la montée en puissance du télétravail et à de nouvelles réorganisations en entreprise qui vont se mettre en place à moyen terme.
Nous réfléchissons ainsi à proposer un thème par jour au H7. Des ateliers expert le matin et une mise en pratique l'après-midi autour d'un seul sujet : marketing, commercial, R&D… Nos continuerons bien sûr à héberger les entreprises en parallèle. Nous avons investi pour cela 100 000 € dans l'équipement de salles de réunion (matériel de visio-conférence et équipement informatique). Nous prenons résolument un virage stratégique sur l'accompagnement.

Cette troisième promotion sera donc placée sous le signe de la communauté, un positionnement qui vous est cher ?

Exactement. D'ailleurs, c'est bien la communauté du H7 (start-up, corporates, fonds d'investissement, experts et écoles) dans son ensemble qui lance le prochain appel à candidature. Nous capitalisons sur les notions de solidarité et du "chasser en meute" pour animer notre structure. La communauté rassemble des profils différents, parfois concurrents mais qui ont la capacité de résister, de combattre et d'atteindre un objectif commun. C'est plutôt un schéma vertueux.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer