AccueilActualitéSociétéEconomie - Un marché immobilier anachronique

Economie - Un marché immobilier anachronique

Les chiffres sont désormais officiels.

ActualitéSociété Publié le ,

Les ventes de logements neufs dans l’Hexagone ont plongé de 19 % au premier semestre, selon la Fédération des promoteurs immobiliers, qui confirme sa prévision de moins de 100 000 ventes en 2011. Pas de surprise, donc, sur le front des transactions. En revanche, les éventuels acquéreurs, qui espéraient profiter de l’occasion pour bénéficier de tarifs moins prohibitifs, en sont pour leurs frais. Car, sur ce plan, la tendance reste bel et bien orientée à la hausse. Un anachronisme que les professionnels expliquent notamment par la prise en compte des surcoûts incompressibles liés aux techniques de construction des bâtiments HQE. Cet anachronisme pourrait cependant ne pas durer. La hausse des taux d’intérêts, même s’ils restent encore à des niveaux honorables, couplée aux doutes qui pèsent sur l’avenir de l’économie hexagonale, pourrait très bien avoir raison du moral des ménages et inciter les candidats à l’achat à encore plus de prudence. Un changement d’attitude qui aurait pour conséquence de faire gonfler les stocks et de dégrader progressivement la trésorerie des entreprises. Car, dans le même temps, les mises en ventes continuent de progresser. Depuis le troisième trimestre 2010, elles sont ainsi en perpétuelle augmentation, pour atteindre le total de 26 699 unités au deuxième trimestre 2011, soit une hausse de 8 % par rapport au deuxième trimestre 2010. Et les promoteurs savent pertinemment, pour en avoir déjà fait les frais par le passé, qu’à ce petit jeu, la machine pourrait s’enrayer durablement.

J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?