AccueilSociétéEconomie - Quand la voiture ne va pas, rien ne va

Economie - Quand la voiture ne va pas, rien ne va

Il est des signes qui ne trompent pas.

ActualitéSociété Publié le ,

Les immatriculations de voitures neuves en sont un. Et les derniers chiffres parus ne sont pas bons. En Europe, elles enregistreraient une chute de 7,7 % au premier trimestre 2012, et Renault plongerait de 23 %. La nouvelle est d’autant moins anodine, que le conditionnel n’est plus de mise pour le seul mois de mars, qui s’est achevé sur un recul de 6,9 % du marché automobile européen. Certes les chiffres officiels des immatriculations ne seront publiés que mardi par l’ACEA (Association des constructeurs européens), mais la tendance est donnée. Et dans ce concert alarmiste, la place de la France n’est pas loin d’être la plus mauvaise, puisque la dégringolade s’affiche à 21,6 %, pendant que l’Italie recule de 21 %, la Belgique de 11,7 %. L’Espagne fléchit seulement de 1,9 %, mais cette légère baisse survient après un niveau historiquement bas l’année dernière, ce qui rend toute comparaison difficile. Ce petit tour d’horizon de quelques marchés européens ne manque pas d’importance, car il s’agit là des marchés clés des constructeurs français. À l’inverse, le marché allemand, sur lequel ces derniers peinent à s’imposer, a quant à lui progressé de 1,3 % au premier trimestre. Au-delà des difficultés que les constructeurs de l’Hexagone rencontrent et s’apprêtent à rencontrer durant les prochains mois, c’est le moral des européens qui ne manque pas d’inquiéter. L’achat de voitures neuves est un bon indicateur de la santé économique d’un pays. Et à bien regarder les chiffres, il semble très clairement que le malade va mal et qu’il n’a pas confiance en ses médecins.

J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?