AccueilSociétéEconomie - Parité franco-allemande devant l’impôt

Economie - Parité franco-allemande devant l’impôt

Voilà au moins un point qui ne fera plus débat, lorsque viendra l’heure des comparaisons entre la compétitivité des entreprises françaises et celle de leurs homologues allemandes.

ActualitéSociété Publié le ,

A compter de 2013, en effet, les sociétés des deux pays devraient être placées à la même enseigne en termes d’impôt sur les sociétés. C’est en tout cas le sens de l’initiative annoncée conjointement par François Baroin, ministre de l’Economie de Nicolas Sarkozy, et son partenaire allemand Wolfgang Schäuble. Les deux hommes ont en effet annoncé que leurs services avaient travaillé sur un livre vert fixant les points de convergence sur la fiscalité des entreprises des deux pays. Un impôt sur les sociétés commun à la France et à l’Allemagne pour fêter le cinquantenaire du traité de l’Elysée, l’an prochain, voilà donc le cadeau que les deux hommes ont réservé aux chefs d’entreprise de leurs pays respectifs. N’allez pas croire, cependant, qu’il suffi ra d’aligner les taux d’un côté ou de l’autre du Rhin, pour que le tour soit joué. Car la différence ne se limite pas à cela. Certes, les entreprises allemandes paient moins d’impôts que leurs homologues françaises, mais elles sont beaucoup plus nombreuses à être imposées. « Un taux plus bas, une assiette plus large », avait résumé Nicolas Sarkozy à l’été 2011. Indiquant ceci, le président de la République avait montré la voie à suivre : les taux devraient baisser en France, mais l’assiette s’élargira fatalement. Au risque de fâcher bon nombre de patrons de petites PME, qui s’acquittaient jusque-là d’un impôt capé à 15 %.

J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?