Economie - Maison

Le décret d’application relatif au label « fait maison » pour les restaurants marque un nouveau point d’étape dans la valorisation des circuits courts et d’une certaine idée de la gastronomie.

ActualitéSociété Publié le ,

Malheureusement, la liste des dérogations édulcore la portée de ce texte dont la mise en oeuvre constitue un autre défi. Le législateur aurait pu prendre le problème à l’envers en désignant à la vindicte des gourmets les tables qui utilisent des produits industriels sans avoir à craindre les foudres des géants de l’agro-alimentaire. Pensez-vous que ces champions de la réclame monteraient au créneau pour dénoncer les restaurateurs respectueux du fait main ? Au contraire. Si leurs produits sont aussi excellents que le disent leurs spots estampillés « Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour », ils devraient se plaindre à Benoît Hamon d’être maltraités par cette loi scélérate sur le « fait maison ».


Antonio Mafra

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

Journal du 03 septembre 2022

Journal du03 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?