AccueilSociétéEconomie - L’âge d’or de l’impôt

Economie - L’âge d’or de l’impôt

L’impôt est à la mode.

ActualitéSociété Publié le ,

C’est en tout cas le constat qui s’impose, quand on a pris le temps de s’arrêter un instant sur le rapport de l’OCDE consacré à ce sujet. En 2011, en effet, les impôts ont augmenté dans 20 pays membres de l’organisation, tandis qu’ils empruntaient le chemin inverse dans 6 autres. Si le Chili s’offre la première place dans ce classement, avec une progression de 1,75 point, la France joue dans la cour des grands sur ce critère, puisqu’elle occupe la deuxième place avec une augmentation de 1,35 point. Les prélèvements obligatoires sont donc passés de 42,9 % à 44,2 % de la richesse nationale. Confiscatoire dites-vous ? Allez, ne soyons pas trop médisants ! Dans le même temps, certains de nos voisins, que l’on érige bien souvent en modèle, n’ont fait guère mieux. C’est notamment le cas de l’Allemagne, qui affiche une progression de 1 point. La Grande-Bretagne, en revanche, avec une hausse de 0,7 point se distingue clairement. Cette « mode » qui consiste à augmenter les impôts repose naturellement sur la volonté des Etats de réduire les déficits publics, tout en diminuant leurs dépenses. En théorie, en tout cas. Au final, force est de constater qu’une plus faible augmentation des impôts, au profit d’un resserrement plus efficace des dépenses, ne génère pas de meilleurs résultats en matière de réduction des déficits publics. Il suffit, encore une fois, de se pencher sur le cas de la Grande-Bretagne pour s’en convaincre.


J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?