AccueilSociétéEconomie - Il faut sauver le soldat euro

Economie - Il faut sauver le soldat euro

Allez, la question ne se pose même pas : il est bel et bien indispensable de sauver l’euro.

ActualitéSociété Publié le ,

Sans sa monnaie unique, l’Union européenne ne serait plus que peau de chagrin et son avenir s’annoncerait aussi sombre que le ciel par temps d’orage. Il n’empêche, que le plan de sauvetage d’ores et déjà engagé coûtera cher à la France, comme à ses partenaires, et qu’il serait irresponsable de le nier et plus encore d’essayer de la cacher. La facture commence d’ailleurs déjà à peser lourd dans les comptes de la nation. Pour la seule Grèce, dont le sauvetage représente le premier volet de la facture, la France, dont la participation au capital de la BCE s’élève à 20,91 %, a déjà déboursé 11,4 Mds €. A terme, l’enveloppe devrait avoisiner 16,73 Mds€. Si cet engagement alourdi considérablement la dette française, il n’influe cependant en rien le déficit public, tant que la Grèce ne fait pas défaut. Si tel devait être le cas dans les semaines ou les mois à venir, la conclusion serait, bien entendu, différente et l’impact tout autre. Dans le même temps, la France participe naturellement à la capitalisation du FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière), qui a pris en charge le sauvetage du Portugal et de l’Irlande, et à son successeur le MESF (Mécanisme européen de stabilisation financière). Enfin, pour que le tableau soit complet, il reste encore à prendre en compte une éventuelle recapitalisation de la BCE, ainsi que l’aide qu’il conviendra d’apporter à l’Espagne. Pour la France, la facture finale pourrait s’élever à quelque 94,5 Mds €, soit 4,73 % du PIB. Le sauvetage du soldat euro nous coûtera cher. Très cher.

J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?