AccueilSociétéEconomie - Faut-il ou non taxer les microsurfaces ?

Economie - Faut-il ou non taxer les microsurfaces ?

Dans la série, « Je lutte contre la crise budgétaire », le gouvernement vient de trouver un nouvel axe de taxation.

ActualitéSociété Publié le ,

Cette fois, ce sont les « microsurfaces », louées très chères, qui sont dans le viseur. De quoi s'agit-il ? Dans la catégorie des « microsurfaces » sont en fait intégrés les appartements de très petite taille, dont le loyer, ramené à la surface habitable, est prohibitif. Pour fixer un seuil qui ne soit pas de nature à décourager les investisseurs, le gouvernement a décidé de sanctionner les « microsurfaces » dont le loyer est supérieur à 40 € du mètre carré. A partir du 1er janvier 2012, une taxe devrait donc être appliquée aux petits logements loués à des prix qualifiés d'« indécents ». Elle devrait être débattue dans le cadre de la loi de finances 2012 et l'imposition devrait s'appliquer à la totalité du loyer. Elle pourrait comporter cinq tranches comprises entre 10 % et 40 %. Si la volonté du gouvernement, qui est de « créer un choc psychologique sur les propriétaires », est tout à fait louable, on peut en revanche s'interroger sur la philosophie générale du projet. Une fois de plus, en effet, le gouvernement s'assoit sur les principes qui l'ont porté au pouvoir. Le marché immobilier, comme les autres, a pourtant vocation à se réguler tout seul. Certes, à ce niveau de prix, les biens concernés ne seront pas nombreux et devraient être, pour leur immense majorité, concentrés sur Paris intra-muros. Mais il n'empêche, la démarche est de nature à troubler les plus fervents défenseurs de l'investissement immobilier. Et s'il ne s'agissait que d'un premier pas ?

J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?