AccueilSociétéEconomie - Chère précarité

Economie - Chère précarité

Le débat sur l’indemnisation des intermittents du spectacle revient… par intermittence.

ActualitéSociété Publié le ,

Et presque toujours à contretemps et à contrechamp. Oui le régime des intermittents est déficitaire, à hauteur de 1 Md€, comme celui des CDD (5,6 Md€) et de l’intérim (1,4 Md€) alors que le régime des CDI affiche un excédent de 12,5 Md€. La précarité coûte cher ! Accusés de frauder le système, les intermittents sont plombés par l’amalgame entre les artistes, qui effectivement ont besoin de temps pour préparer, expérimenter, répéter, et les techniciens qui bénéficient des mêmes règles. Variables d’ajustement, surtout en période de fort chômage (comme aujourd’hui), ces emplois aidés paient l’omerta d’un milieu qui s’arrange avec la loi, les majors de l’audiovisuel usant et abusant de l’intermittence, comme les administrations publiques des CDD. Ils paient la cécité de quelques nantis de la culture qui revendiquent l’exception culturelle contre la logique économique. Quand on acceptera une « industrie » qui emploie 670 000 personnes pour un chiffre d’affaires de 58 Md€, qui contribue à l’attractivité économique d’un territoire, le problème de l’intermittence ne se posera plus. Même Laurence Parisot l’a compris.


Antonio Mafra

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?