AccueilArt de vivreGastronomie / VinsEclosion d'un second restaurant pour Philippe Gauvreau

Eclosion d'un second restaurant pour Philippe Gauvreau

Eclosion d'un second restaurant pour Philippe Gauvreau
Photo : Michel GODET - Philippe Gauvreau (à gauche) et Dominique Serres

Art de vivreGastronomie / Vins Publié le ,

Dans ce nouveau restaurant qui aurait pu également s’appeler Papa Poule, les gallinacés sont à l’honneur, dans la décoration comme à la carte, ambiance fermière et tendance poulailler étant de mise. Pour une fois, c’est le produit, le poulet, qui a déterminé la feuille de route du projet et non l’inverse. Bonne pioche à laquelle l’on ajoute une véritable cuisine sous la houlette de Philippe Gauvreau (53 ans) et de son chef Dominique Serres (27 ans), passé par Ducasse, Bocuse...

Rooftop branché aux accents grunge, Daddy Poule s’offre également une superbe terrasse avec vue sur les monts du Lyonnais au soleil couchant. Comme s’il fallait rassurer une clientèle de gourmands déjà conquise, la cuisine ouverte vous attire dès votre arrivée, à une époque où le poulet a la cote, et se veut même diététique pour beaucoup.

La carte propose des produits simples, frais, cuisinés maison et, répétons-le, orientés autour de la volaille, excepté le saumon en tartare ou cuit à la plancha, le traditionnel tartare de bœuf, voire les ribs de porc, miel-cumin, sans oublier l’assiette végétarienne.

Dans la catégorie Chick Entrées, mettons-nous à table avec d’agréables wraps de volaille roquette, avocats, tomates et légumes de saison (8 €). Le ton de la fraîcheur et de l’exotisme est donné avec une « mayonnaise Tandoori » d’excellence.

Passons au gâteau de foies de volaille en livrée de succulents lardons et de salade, sur un lit de coulis de tomates (7,50 €). Un plat très onctueux et savoureux, qui mériterait peut-être une enfeuillade plus discrète ou d’être servie à la parisienne.

Il va de soi que le suprême, plus que généreux, s’accommode à merveille de son jus grassouillet, de sa roquette et de son panier de pommes frites. Belle cuisson pour ce plat qui le rend moelleux à souhait.

Plus « djeuns », le roboratif (au sens de la médecine ancienne) burger curcuma de volaille croustillante (180 gr), compotée d’oignons, tomates et roquette saura rassasier les plus affamés. Encore un plat fort généreux avec du goût et de la mâche, qui peut aussi jouer avec des frites ou un très joli risotto.

Vous conviendrez alors que les rafraichissantes et gourmandes fraises Melba, coulis de framboises, glace vanille, amandes et chantilly ne peuvent clore qu’avec bonheur ces agapes.

Daddy Poule

173, avenue Charles-De-Gaulle

Tassin-la-Demi-Lune

Tél. 04 74 70 07 07

Plats du jour à 13,5 € et formule à 17,50 € - Les plats : 14,90 €

Ouvert 7 j./ 7 - Apéritifs musicaux le dimanche de 18 h à 21 h

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 janvier 2022

Journal du22 janvier 2022

Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?