AccueilEconomieEntreprise de la semaineE-ophtalmo veut devenir une référence de la télémédecine ophtalmologique

E-ophtalmo veut devenir une référence de la télémédecine ophtalmologique

E-ophtalmo veut devenir une référence de la télémédecine ophtalmologique

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Les délais pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste peuvent atteindre 18 mois. Cette attente, gênante pour les patients, devient dangereuse pour la santé chez les diabétiques. La moitié seulement de ces malades effectuent le dépistage annuel de rétinopathie diabétique. « C'est un vrai enjeu de santé publique car la rétinopathie diabétique fait courir un risque élevé de cécité », souligne Sophie Chappuis, Pdg de E-ophtalmo.

Chaker Nefzaoui, médecin ophtalmologiste, et Philippe Joos, doctorant en imagerie médicale, sont à l'origine de l'idée d'une plateforme de télémédecine en ophtalmologie. Très vite rejoints par Sophie Chappuis, ils créent fin 2016 E-ophtalmo. La start-up propose un nouveau parcours de soins puisque les patients consultent des orthoptistes, plus disponibles et avec une bonne couverture du territoire, qui effectuent l'examen du fond d'œil et complètent le dossier sur la plateforme. Un ophtalmologiste se connecte alors à distance et pose un diagnostic en quelques minutes. « La plateforme offre un outil technologique d'échange de données, un cadre juridique et réglementaire validé et une garantie de sécurité et confidentialité », résume Sophie Chappuis. E-ophtalmo réduit donc considérablement le délai pour un rendez-vous médical et permet un rendu rapide du diagnostic. « Le médecin traitant et le patient ont un accès sécurisé aux résultats. Si une suspicion de maladie est détectée, nous indiquons au patient des centres ophtalmologiques proches disponibles pour les recevoir en urgence », ajoute la Pdg.

Lancé fin 2017, le service est aujourd'hui implanté à Lyon, Toulouse, Lille et Paris. « Nous avons démarré avec 2 orthoptistes en Rhône-Alpes, nous en avons désormais 10 sur le territoire et voulons développer le réseau pour atteindre 40 professionnels en fin d'année », projette Sophie Chappuis. Si la plateforme repose sur la dématérialisation, l'approche locale est maintenue. « Quand un orthoptiste rejoint le service E-ophtalmo, nous faisons une communication en direction des professionnels de santé du territoire comme les pharmaciens et les médecins traitants pour qu'ils puissent être un relais auprès de leurs patients », précise la dirigeante.

Intégrée dans plusieurs dispositifs régionaux de soutien aux entreprises innovantes, E-ophtalmo vient également d'être primée lors de l'e-HealthWorld Monaco, rendez-vous de la e-santé, de la recherche et de l'innovation. La start-up lyonnaise a construit son offre autour du dépistage de la rétinopathie diabétique car c'est le premier acte de télémédecine à avoir bénéficié d'un remboursement de l'Assurance Maladie. « Le patient est intégralement pris en charge », confirme Sophie Chappuis. Des réflexions sont en cours avec les ophtalmologistes pour apporter de nouveaux services aux patients dès le second semestre. « Le renouvellement des lunettes, le suivi du glaucome et le dépistage de la dégénérescence maculaire liée à l'âge sont les futures applications sur lesquelles nous travaillons », fait savoir la Pdg.

Sophie Chappuis, Pdg d'E-ophtalmo.

« Une levée de fonds de 700 000 € »

Vous menez une levée de fonds. A quoi va servir cet argent ?

D'ici l'été 2019, nous voulons lever près de 700 000 €. Nous menons actuellement une campagne de financement participatif sur la plateforme Wiseed pour lever environ 350 000 €. Le complément viendra des business angels. Nous avons choisi de faire une levée de fonds importante en une opération pour nous développer rapidement. C'est le bon timing. La télémédecine, qui était en retard sur la téléradiologie, est en train d'évoluer et nous voulons être au rendez-vous.

Quelles sont vos perspectives d'activité ?

Nous prévoyons d'atteindre l'équilibre en 2020 et tablons sur 3 M€ de chiffre d'affaires en 2022. Ces projections ne concernent que l'activité générée par le dépistage de la rétinopathie diabétique. Les nouvelles applications que nous lancerons d'ici la fin d'année ne sont pas intégrées dans ces perspectives. En 2019, nous pensons aussi étudier la façon dont nous pourrions être présents dans les pays francophones.

Quel est votre business model ?

E-Ophtalmo se rémunère à l'acte. Les orthoptistes et ophtalmologistes qui font partie de notre réseau nous reversent un pourcentage de la consultation. Aujourd'hui, l'entreprise travaille avec 8 personnes, représentant 4 ETP, sur les aspects business et médical.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?