Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Dossier recrutements : quand l'emploi résiste et se réinvente

Publié le - - Dossiers

Dossier recrutements : quand l'emploi résiste et se réinvente
Pxhere

Malgré la crise et le manque de visibilité, certains osent encore recruter. Tour d'horizon de ces secteurs qui évitent le surplace.

Deux pas en avant, un en arrière... C'est ce que révèlent les différents indicateurs sur l'emploi dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Malgré un recul depuis mars, l'embellie post-confinement a réveillé les espoirs suscités par un début de reprise en septembre.

Si les ambitions de développement sont fortes, les entreprises, dynamisées par les perspectives du plan de relance et les postures conquérantes de plusieurs filières, manquent aujourd'hui de visibilité pour avancer sereinement. Pourtant, certaines osent... et recrutent encore.

Dossier réalisé par Julien Thibert, Sevim Sonmez et Jacques Donnay


Sommaire

1- Un marché de l'emploi en pleine transformation, des gagnants et des perdants

2- Caisse d'Epargne Rhône-Alpes : l'emploi sur la bonne dynamique

3- En zone rurale, le bouche à oreille fait la différence

4-Meyzieu mise sur l'emploi de proximité et un recrutement éco-responsable


Un marché de l'emploi en pleine transformation, des gagnants et des perdants

En Auvergne Rhône-Alpes, l'activité a atteint un minimum en avril (31 % en dessous de son niveau d'avant-crise), avant un rebond en mai (18 %) et en juin (9 %). Selon la note de conjoncture de l'Insee Auvergne-Rhône-Alpes, l'activité aurait continué à progresser au long de l'été, plus lentement, pour s'établir en septembre à 4 % en dessous de son niveau d'avant-crise.

L'Institut explique que cette tendance régionale est quasiment identique à ce qui est observé au niveau national. Les récentes mesures pour lutter contre la propagation de la Covid-19 conditionnent l'activité de plusieurs secteurs, dont l'hébergement-restauration et les activités récréatives et de loisirs.

Précisément, les statistiques de l'Insee montrent qu'à la fin du deuxième trimestre 2020, l'emploi salarié en Auvergne- Rhône-Alpes recule de 0,6 %, après une baisse beaucoup plus marquée au premier trimestre (2,2 %). Alors que la région a été durement frappée par l'arrêt de l'activité en début de confinement, elle s'en sort un peu mieux ce trimestre que l'ensemble de la France. Au niveau national, l'emploi se contracte de 0,9 % après -2 %.

Emploi : retour au niveau de 2017

Avec la perte de 17 000 emplois ce trimestre, Auvergne-Rhône-Alpes retrouve son niveau d'emploi d'il y a trois ans. Le secteur privé (- 0,4 %), représentant plus des trois-quarts des salariés, est moins affecté ce trimestre que le secteur public en baisse de 1,0 %, notamment du fait de la suspension de recrutement de contractuels et de vacataires ce printemps.

Si l'emploi à cette même période a chuté de 40 %, l'emploi intéri- maire rebondit de 23,8 %. En France, le rythme est légèrement moins élevé (+ 23 %). La reprise est plus ou moins marquée selon les départements : la hausse s'étage de 12,9 % en Haute-Savoie à 42,3 % dans l'Ain. Le secteur de la construction tire son épingle du jeu en ne perdant pas de salariés sur l'ensemble du premier semestre 2020 avec une hausse de l'emploi de 1,3 % sur un an.

Les bonnes dynamiques en Ardèche, dans la Drôme et dans le Rhône compensent les pertes enregistrées dans les autres départements ce trimestre. En revanche, l'Insee enregistre un repli dans le secteur industriel de 0,7 % soit une perte de 3 600 emplois. Recul également dans les secteurs de l'énergie et du traitement des eaux de 0,4 %. Les services marchands n'échappent pas à cette tendance (- 1,5 %), tout comme l'hébergement et la restauration (- 7,3 %).

Résilience et transformations


Pour Pascal Blain, directeur de Pôle Emploi Auvergne- Rhône-Alpes, "les entreprises sont optimistes et résilientes malgré le contexte. Le plan de relance a fait du bien au moral des dirigeants qui peuvent financer leurs projets de développement". En région, les embauches ont reculé, corrélées à une baisse des offres de 25 %.

Sur les 90 000 offres actuelles recensées au niveau de Pôle Emploi, 50 000 sont des CDI. "C'est un signe positif qui montre la volonté des entreprises de se projeter malgré les incertitudes". Depuis février, le nombre d'inscrits au chômage a augmenté de près de 50 000 personnes sur un total de 680 000 demandeurs d'emploi en Auvergne-Rhône-Alpes.

"Nous étudions la possibilité de créer des passerelles entre certains métiers. Pourquoi un chaudronnier travaillant dans l'aéronautique ne basculerait-il pas dans le nucléaire ? Même chose pour un salarié de la restauration qui pourrait trouver des postes dans le secteur des services à la personne, en plein essor. Notre région possède une diversité de filières qu'il faut pouvoir exploiter au maximum", note Pascal Blain.

© CC0 / Pxhere

"Il reste de l'emploi à pourvoir"

Ces sujets de transformation des organisations, BPI Group spécialisé dans le conseil RH et le remplacement, le vit pleinement. "Il reste de l'emploi à pourvoir, ce qui rend les dirigeants plus exigeants sur le profil des candidats", note Karine Iglicki, responsable du bureau de Grenoble. Son homologue à Lyon, Yaëlle Darsa Lanen, évoque 30 000 offres recensées par BPI Group, sur les deux derniers mois et qui restent actives un mois.

Deux tiers des propositions sont des CDI dans les secteurs de la logistique, nanotechnologie, biomédical ou service à la personne. Développant aussi une activité de prospection, BPI Group confirme un changement profond dans les fonctionnements des entreprises, accentué par la crise, mais également

auprès des candidats avec qui le cabinet repense les schémas de replacement. "Le métier de visiteur médical en perte de vitesse a permis de réorienter ces spécialistes vers la gestion de patrimoine. La typologie de client est sensiblement la même ce qui créée donc des passerelles", complète Yaëlle Darsa Lanen.

L'emploi cadre tout sourire

© CC0 / Pxhere


Les recrutements de cadres en CDI réalisés par le cabinet Robert Walters sur la région lyonnaise ont connu un boom de 30 % depuis le mois de juillet. "C'est une belle satisfaction et la tendance semble se confirmer pour octobre, avec les précautions à prendre selon l'évolution du contexte sanitaire bien sûr", explique Julien Meneboeuf, responsable du bureau Robert Walters à Lyon.

Les entreprises, de la start-up à la multinationale, sont donc à la relance après une période de ralentissement des embauches en avril. En région lyonnaise, le dirigeant évoque notamment une forte hausse de la demande dans les secteurs du médical et de l'informatique. Outre le fait que ces secteurs soient sur le front depuis le début de la crise sanitaire, cette croissance s'explique aussi par l'attractivité renforcée de la région lyonnaise pour les cadres parisiens, notamment.

Robert Walters a, par ailleurs, mené une enquête en septembre qui révèle que 59 % des cadres experts affirment avoir confiance en leur avenir professionnel et 54 % se disent ouverts aux nouvelles opportunités ou en recherche active d'emploi. "Les entreprises ont besoin de talents capables de structurer leur stratégie et ainsi avoir plus de visibilité sur le long terme. Plus que jamais, elles sont donc en concur- rence pour recruter ces profils qui demeurent en pénurie."

Réinventer des modèles de recrutement


Seconde chance, intégration, inclusion, autant de thématiques qui animent certaines politiques publiques en Auvergne-Rhône-Alpes. A l'image du Projet Fair[e] dévoilé mi-octobre. Celui-ci cible principalement les demandeurs d'emploi en difficulté d'insertion professionnelle comme les bénéficiaires du RSA (identifiés par la Métropole de Lyon), les jeunes peu qualifiés, les demandeurs d'emploi de longue durée (identifiés par Pôle emploi) et les populations dîtes "invisibles".

Son ambition : créer une dynamique autour de l'inclusion professionnelle avec, à la clé, l'accès à un emploi durable pour 750 personnes. Parmi les acteurs mobilisés : la Maison Métropolitaine d'Insertion pour l'Emploi (MMIE), l'Olympique Lyonnais, Pôle Emploi, l'Opérateur de Compétences des Entreprises de Proximité (OPCO EP), Pôle Emploi, Waoup, Opco EP, deux groupements d'employeurs : Genipluri Ser- vices et Metisports-GEP69 ainsi qu'ErHgo.

© CC0 / Pxhere

"La Covid-19 a fragilisé certaines filières et en a renforcé d'autres"

Co-fondée par Laurent Arnaud et Luc Mertzweiller, la jeune pousse met à disposition de Fair[e] un logiciel innovant qui valorise les compétences de chaque individu inscrit sur sa plateforme. L'entreprise lyonnaise propose donc un outil d'aide à la décision pour choisir un candidat non pas sur le seul critère de l'expertise mais sur celui de l'expérience.

"Sur un marché de l'emploi très sectoriel, la crise de la Covid-19 a, à la fois, fragilisé certaines filières et en a renforcé d'autres. Tandis que l'aéronautique est en berne, la santé ou la logistique ont des besoins significatifs", témoigne Laurent Arnaud. "C'est pourquoi nous valo- risons les compétences à travers l'expérience d'une personne et ce, sans marqueurs discriminants tels que l'âge, le sexe ou le lieu de résidence", poursuit le dirigeant. SUR LE MÊME SUJET : LIRE AUSSI NOTRE INTERVIEW DU PATRON D'ADECCO

En d'autres termes, le candidat n'est pas qu'un CV. En cette période, le recrutement est donc toujours à l'ordre du jour, même si elle nécessite, plus que jamais, de réinventer les modèles de recrutement et de changer de regard sur les candidats.




Tout Lyon Essor Rhône LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer