AccueilSpectacle vivantDon Quichotte gentiment farcesque

Don Quichotte gentiment farcesque

Jérémie Le Louët installe les héros de Cervantès sur l'esplanade du château de Grignan transformé en plateau de cinéma.
Don Quichotte gentiment farcesque
© Jean-Louis Fernandez

CultureSpectacle vivant Publié le ,

D’autres que lui se sont cassés les dents sur le mythe du chevalier à la triste figure. Des géants du cinéma comme Orson Welles et Terry Gillian ont échoué sur cette œuvre-monde, incapables de restituer les multiples facettes de ce roman casse-gueule à adapter. Jérémie Le Louët ne réussit pas davantage pour ses premiers pas à Grignan où il a pris ses quartiers d’été avec la troupe des Dramaticules, pour l’essentiel des comédiens issus du Cours Florent.


La mise en abyme fait partie des tartes à la crème du théâtre d’aujourd’hui. Cette que propose Jérémie Le Louët cadre avec l’esprit convivial et familial de estival des Fêtes nocturnes. Sur l’esplanade du château, un plateau de tournage avec décors en carton pate, accessoires faits de bric et de broc, costumes, une caméra sur rail qui intègre le public au spectacle et les partitions de Wagner et de Rachmaninov. Dès le départ, dès la fausse conférence de presse, façon festival de Cannes, du réalisateur (Quichotte), flanqué de son assistant (Sancho), flirte avec les Monty Python !


Quelques scènes franchement drôles, d’autres inutilement triviales, quelques saillies en lien avec l’actualité plombées par des clichés, parfois populistes sur nos gouvernants, ne font pas un spectacle. A la fois metteur en scène et comédien (il incarne le rôle-titre) Jérémie Le Louët se laisse désarçonner par une tâche pour laquelle il lui manque quelques armes. A commencer par des interprètes au niveau de ses ambitions. Il faut beaucoup de talent pour jouer l’illusion et la réalité. Seul Dominique Massat (la duchesse) et surtout Julien Buchy (Sancho) s’en sortent avec les honneurs.


Reste un spectacle amusant, peut-être peu trop sage. Espérons qu’au gré des nombreuses représentations (nous l’avons vu le 12 juillet), il gagnera en concision et en rythme pour tenir les promesses de Cervantès.


Château de Grignan (Drôme), jusqu’au 20 août à 21 h,
chateaux-ladrome.fr

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?