AccueilVie juridiqueTribunauxDifficultés des entreprises : pour le tribunal de commerce de Lyon, l'automne de tous les dangers

Difficultés des entreprises : pour le tribunal de commerce de Lyon, l'automne de tous les dangers

Difficultés des entreprises : pour le tribunal de commerce de Lyon, l'automne de tous les dangers
© DR - Thierry Regond, Vice-Président du Trinunal de Commerce de Lyon

Vie juridiqueTribunaux Publié le ,

Alors que le PIB dégringole au rythme de la chute vertigineuse du chiffre d'affaires de certaines entreprises, jamais les procédures collectives n'ont été aussi peu nombreuses. Cet anachronisme généré par les aides gouvernementales finira cependant par prendre fin. Pour Thierry Regond, vice-président du tribunal de commerce de Lyon et sur la même ligne que le président Thierry Gardon, l'instant critique devrait survenir à la fin de l'été.

"C'est la reprise qui engendrera la révélation des difficultés qui sont déjà réelles, mais qui sont masquées par les aides gouvernementales, explique-t-il. Les entreprises qui sont dans une situation de faiblesse en termes de trésorerie et d'endettement ne pourront pas financer cette relance. Et comme nous aurons à ce moment-là des tentatives de consolidation dans certaines filières, elles deviendront des proies faciles."

Prévention en amont au tribunal de commerce de Lyon

Pour échapper à ce piège, Thierry Regond souligne qu'il est impératif d'anticiper l'instant critique, plutôt que de chercher des solutions dans l'urgence. Pour cela, le Tribunal de Commerce de Lyon a mis en place des systèmes de prévention très en amont, afin de recevoir les dirigeants de ces entreprises et de les orienter en fonction de leur situation.

Car, paradoxalement, une période de crise est plus favorable pour les entreprises à la recherche de financements.

LE CHIFFRE : 40 %

Chaque année, près de 40 % des liquidations traitées par le Tribunal de commerce de Lyon relèvent de quelque 1 200 sociétés qui n'ont jamais produit de bilan, jamais déclaré de chiffre d'affaires, jamais payé aucune charge sociale ni aucun impôt. Une situation qui constitue, de l'avis même de Thierry Regond, une distorsion de concurrence inacceptable et qui représente environ 2M€ à la charge de la société.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?