AccueilActualitéSociétéDeux rameurs lyonnais aux championnats du monde

Deux rameurs lyonnais aux championnats du monde

L’Aviron union nautique de Lyon a engendré de nombreux champions, dont un a reçu la médaille d’or aux jeux olympiques de Sydney en 2000 : Jean-Christophe Rolland.

ActualitéSociété Publié le ,

Mais le club continue de produire des athlètes de très haut niveau, à l’image de Franck Solforosi et Augustin Mouterde, actuellement en stage préparatoire pour les championnats du monde 2013. Franck Solforosi aurait pu ne jamais connaître les bassins. Lyonnais d’origine, il commence l’aviron à 14 ans, pour suivre un de ses copains de collège. Il venait du football et s’est inscrit en loisirs. L’entraîneur du club, Thierry Bolle, l’a repéré et intégré à un huit cadet : le bateau a terminé vice-champion de France, montant l’année suivante sur la plus haute marche du podium. Les podiums, Franck Solforosi ne les quitte plus, que ce soit en junior, où il décroche son premier titre mondial en quatre sans barreur, un bateau qu’il affectionne particulièrement, ou plus tard chez les seniors, avec plusieurs titres de champion du monde, d’Europe et de France, en bateau long ou en bateau court, catégorie dans laquelle il totalise dix titres. Aujourd’hui kinésithérapeute à l’Hôpital privé de l’Est lyonnais, Franck doit allier les entraînements à la vie active. « Ça n’est pas toujours évident, il faut anticiper ; j’ai un nombre de patients réduit et mon travail est réparti sur toute l’équipe, mais l’ambiance fait que tout se passe bien ». « ON SE BAT POUR SOI ET POUR LES AUTRES » Augustin Mouterde est lui aussi un pur produit lyonnais. Il a découvert l’aviron presque par hasard, lui aussi à 14 ans. « Je faisais de la natation, explique-t-il, je cherchais un sport un peu moins banal et je suis tombé sur l’aviron, mais ça aurait pu être n’importe quoi d’autre ». Il a commencé à ramer sans penser à la compétition, à raison de deux entraînements par semaine, pour rapidement passer à cinq et terminer lui aussi vice-champion de France en huit cadet. Se prenant au jeu, il a continué avec des hauts et des bas, mais l’encadrement sportif lui a conseillé de s’accrocher, ce qui sera payant puisque lui aussi devient un habitué des podiums jusqu’à un titre de vice-champion du monde en deuxième année chez les seniors. « Quand on fait de l’aviron, on pense tous à la compétition, c’est la concrétisation de tout le travail réalisé à l’entraînement ». Un travail qu’il allie pour l’instant sans accroc avec ses études à l’INSA Lyon.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?