AccueilEconomieDes saisies en forte hausse pour les douanes Auvergne-Rhône-Alpes

Des saisies en forte hausse pour les douanes Auvergne-Rhône-Alpes

La direction interrégionale des douanes Auvergne-Rhône-Alpes a présenté le 2 mars le bilan 2021 de ses actions. Voici les chiffres clés à retenir
Des saisies en forte hausse pour les douanes Auvergne-Rhône-Alpes
© JT - Eric Meunier, directeur interrégional des douanes face à la presse lyonnaise pour présenter le bilan 2021en Auvergne-Rhône-Alpes

Economie Publié le ,

Dans sa mission de sécurisation et de facilitation des échanges, mais également de contrôle des frontières, la douane d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistre des résultats en hausse qu’il faut nuancer à la faveur d’une reprise économique 2021 plus dynamique que l’année 2020 et marquée par des confinements durs, accompagnée d'une activité de fait fortement ralentie.

Eric Meunier : "On ne peut pas se permettre d’être le pays de l’UE avec le déficit commercial le plus élevé."

Des saisies en forte hausse

En matière de stupéfiants, la saisie se monte à 8,4 tonnes contre 5,5 tonnes en 2020 (+51 %). Le tabac et les cigarettes représentent 37 tonnes saisies en hausse de 235 %. Les infractions financières quant à elles se montent à près de 11 millions d’euros. 40,2 M€ de droits et taxes ont ainsi été redressés suite aux interceptions d’opérations de blanchiment et de fraude financière. Au niveau de l’activité migratoire, 578 488 ont été contrôlées et 684 refus d’entrées ont été notifiés. 325 625 articles contrefaits ont par ailleurs été saisi pour une valeur de 15,3 M€.

Eric Meunier, le directeur des douanes Auvergne-Rhône-Alpes a tenu aussi à présenter l’autre volet des missions qui lui incombent, celui l’accompagnement des entreprises régionales dans leur projet de développement à l’international. Agissant comme un facilitateur du commerce hors des frontières, les Douanes et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes sont ainsi impliquées la gestion des sanctions économiques prises à l’encontre de la Russie. « Il va falloir analyser intelligemment chaque mesure prise, par type de marchandise, et ne pas agir tous azimuts, car je ne suis pas sûr par exemple que l’interdiction d’exporter des confitures en Russie soit pertinent ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?