AccueilSociétéDes ministres à bonne école

Des ministres à bonne école

La différence entre une place de Neuilly et la place Puerta del sol à Madrid ? Sur la première, on risque de rencontrer une vieille dame indigne, sur la seconde, les indignés.

ActualitéSociété Publié le ,

Et entre la vieille dame indigne et les indignés, un fossé, un gap, celui entre l’ultra richesse et l’infi nie pauvreté. Une situation indigne, elle aussi. Mais ce n’était pas exactement de cette situation vieille comme le monde dont l’on souhaitait parler, mais plutôt de cet insubmersible baccalauréat, plus de deux cents ans d’âge pour cet examen codifi é par Napoléon en 1808, et dont il ne semble pas qu’il soit moribond. Alors, histoire de « relooker » quelque peu cette antiquité, on a une proposition à faire. Proposition révolutionnaire mais bien dans l’air du temps et susceptible de créer le « buzz ». Il s’agirait tout simplement de confi er aux ministres du gouvernement Fillon le soin, chacun dans leur domaine, de fournir les sujets du bac dans les différentes matières… et les corrigés type qui vont avec bien sûr.
Pour les maths, ce ne pourrait qu’être Luc Chatel, qui n’a pas réussi, il y a quelques jours, à résoudre un problème figurant dans le questionnaire d’évaluation de CM2 : « Dix objets identiques coûtent 22 € ; combien coûtent 15 de ces objets ». Luc Chatel a répondu 16,5.
Pour la philosophie, même s’il n’est plus ministre depuis quelque temps, on ne peut que demander à Luc Ferry de fournir le sujet. Un sujet du style : « Argent et éthique dans la fonction publique et la vie politique ».
En économie, on voit bien Christine Lagarde proposer un sujet comme : « Les accords de Bretton Woods et la création du FMI ». Vu ce qu’elle doit avoir à ingurgiter avant juin, sûr qu’elle n’aurait pas de diffi culté pour faire le corrigé. En physique, Nathalie Kosciusko-Morizet, une X rappelons-le, serait bien aise de proposer un sujet du genre : « Mesure de la résistance des roches à l’injection d’eau pressurisée »… Vous avez dit gaz de schistes ?
Pour l’épreuve de français, Frédéric Mitterrand pourrait se souvenir de ce qui se passait il y a environ un an, et proposer un commentaire de texte extrait de La Princesse de Clèves. A moins que Bruno Le Maire ne se souvienne qu’il est agrégé de lettres et s’empare du sujet.
Quant à Alain Juppé, on l’imagine bien fournir le sujet de géographie, sur le Canada par exemple. Un pays qu’il a bien connu naguère. Le sujet d’histoire, c’est à l’agrégé en cette matière, qu’il revient de droit. Laurent Wauquiez serait-il inspiré en proposant un sujet sur les ateliers nationaux créés en 1848 1 ? Certains y verraient-ils malice, vu ses propos récents sur les aides sociales et la nécessité de travail des intéressés ?
Le sujet de chimie, indéniablement, revient à Roselyne Bachelot-Narquin : on voit bien notre pharmacienne concocter un exercice aux petits oignons sur des molécules médicamenteuses… et les précautions qu’il faut prendre avec. Et bien sûr l’épreuve facultative, celle du sport, ne peut qu’être proposé par Chantal Jouanno : ce sera karaté pour garçons et filles.

DT

1. Les ateliers nationaux désignent une organisation destinée à fournir du travail aux chômeurs parisiens après la révolution de février 1848. L'Etat intervenait directement en fournissant, en organisant et en payant le travail. Cette « expérience » sociale a duré à peine trois mois (mars-juin 1848).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?