AccueilIndustrieDepuis Villefontaine, Indra développe une vision à 360° du recyclage automobile

Depuis Villefontaine, Indra développe une vision à 360° du recyclage automobile

L'entreprise basée à Villefontaine (Isère) et son réseau de 350 centres Véhicules Hors d'Usage agréés traitent plus de 500 000 véhicules par an. Ses compétences en sourcing, animation de réseau, process de déconstruction et ingénierie sont aujourd'hui plébiscitées à l'étranger.
Depuis Villefontaine, Indra développe une vision à 360° du recyclage automobile
DR - Indra possède 2 usines, un site traditionnel à Vienne en Isère et un site industriel à Romorantin dans le Loir-et-Cher.

EconomieIndustrie Publié le ,

Il existe à Villefontaine, en Isère, un spécialiste de la fin de vie des véhicules. Chaque année, 1,8 million de véhicules arrivent en fin de vie, dont 1,2 million entrent dans les circuits de recyclage. "Nous traitons entre 500 000 et 600 000 véhicules par an et représentons donc 39 % du marché français du recyclage automobile", indique Loïc Bey-Rozet, directeur général d'Indra Automobile Recycling.

Créée en 1985 et détenue à parts égales par Suez et Renault, l'entreprise, dont le siège social est implanté à Villefontaine, se positionne sur toute la filière à travers 4 activités : le sourcing, l'animation d'un réseau de centres agréés, deux usines de déconstruction et l'ingénierie.

Un taux de recyclage de 95 % de la masse du véhicule

Pour son réseau de démolisseurs concessionnaires, mis en place en 2011, Indra récupère 150 000 véhicules par an grâce à des contrats avec des assureurs, constructeurs, fourrières… Le management du réseau comprend des conseils pour organiser et piloter les chaînes de déconstruction dans le respect de la réglementation qui fixe un objectif de 95 % de la masse des VUH valorisée. "Le réseau permet de massifier la matière recyclée afin d'intéresser les industriels", justifie Loïc Bey-Rozet.

Un site web BtoB dédié à la vente de pièces de réemploi, Précis, a également été lancé en 2013, suivi du service en ligne Goodbye Car pour mettre en relation les particuliers et professionnels agréés. Cet ensemble de services permet aux centres d'atteindre l'équilibre financier.

"Pour bien comprendre les problématiques, nous possédons deux usines, un site traditionnel à Vienne et un site industriel à Romorantin, qui déconstruisent 10 000 véhicules par an et testent les nouveaux outils de dépollution et de recyclage des matières" , fait savoir le directeur.

Exportation d'un savoir-faire unique

Aujourd'hui, Indra, qui emploie 190 personnes en propre, réalise 56 M€ de chiffre d'affaires essentiellement grâce au sourcing et à ses sites de déconstruction. "L'ingénierie qui pèse 10 % de l'activité est en fort développement. Nous possédons une vision à 360° du recyclage automobile. A ce titre, des gouvernements étrangers font appel à nos services pour organiser la filière dans leur pays", se félicite Loïc Bey-Rozet.

Des contrats pour du diagnostic, du conseil voire l'installation d'usine clé en main se multiplient. Des projets, plus ou moins avancés, sont en cours en Turquie, en Finlande, au Maroc, en Espagne, en Belgique, en Angleterre, en Arabie Saoudite ou encore en Inde.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?