AccueilCollectivitésDéclassement de l'A6-A7 : un décret attendu fin 2016

Déclassement de l'A6-A7 : un décret attendu fin 2016

Déclassement de l'A6-A7 : un décret attendu fin 2016
© : DR

Collectivités Publié le ,

Lorsque, le 3 mai 2016, le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalies donne son accord de principe sur le déclassement de l’autoroute A6-A7 en cœur d’agglomération, un premier pas est déjà franchi. Le 11 juillet, la Métropole de Lyon avance le deuxième pied en proposant au vote de ses élus une délibération qui permettra de transformer cet axe routier en boulevard urbain, d’imposer le contournement de l’agglomération et de relancer le projet d’Anneau des sciences. « Nous demandons que ce décret de déclassement soit pris avant la fin de l’année 2016 », espère Gérard Collomb. Dès lors, une convention avec l’Etat pourra être signée, confiant temporairement la gestion et l’exploitation des voies à la Métropole.


D’ici 2020, les premières mesures pourront alors être appliquées, prévoyant notamment l’interdiction du trafic de transit de poids lourds sur cet axe déclassé, la création de voies dédiées aux transports en commun sur un itinéraire étudié par le Sytral avec les communes concernées, l’adaptation du jalonnement avec la suppression des panneaux bleus indiquant la continuité autoroutière, la diminution de certaines vitesses et de la largeur des voies, les premiers aménagements au droit du quai Perrache et l’adaptation du mobilier urbain.


L’itinéraire concerné par le déclassement, long de 16 km, s’étend de Limonest et Dardilly au nord jusqu’à la Mulatière, Oullins et Pierre-Bénite au sud où il s’achève avant l’échangeur A450-A7. Il concerne également les communes de Lyon, Champagne-au-Mont d’Or, Ecully, Tassin.


Trois grands projets

A l’horizon 2025, le grand contournement de l’agglomération devra être réalisé. A ce jour, deux options restent possibles : par l’ouest, un contournement relierait l’A6 au nord et l’A7 au sud tandis que, par l’est, il s’appuierait sur le réseau autoroutier existant avec des jonctions à compléter. Le réseau de transports en communs sera également développé et le nombre de parc relais, permettant de laisser les voitures en limite d’agglomération, augmenté.
Un boulevard urbain végétalisé et multimodal se substituera à l’axe autoroutier, comportant des aménagements paysagers le long du Rhône. Il comportera un terre-plein central, des bas côtés arborés, des pistes cyclables, des couloirs de bus et quatre voies de circulation.


Enfin, en 2030, la réalisation de l’Anneau des sciences permettra de boucler le périphérique de Lyon, de désenclaver la circulation de l’ouest lyonnais et d’en relier les différents pôles.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?