Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

De nouvelles motorisations pour le Qashqai

le - - Automobile

De nouvelles motorisations pour le Qashqai

Pour répondre à la nouvelle norme Euro6d-TEMP, les moteurs du SUV compact Qashqai viennent tous d'être renouvelés, et cela méritait bien de redécouvrir ce best-seller de Nissan volant en mains.

Lancé en 2014 et remodelé en 2017, l'actuel Qashqai de troisième génération continue d'avoir la baraka puisque, comme les deux prédécesseurs de cette lignée amorcée en 2007, il continue d'être le SUV compact le plus vendu d'Europe. Et le premier importé de sa catégorie... en considérant le Dacia Duster français ! Et quoique fabriqué en Grande-Bretagne, à Sunderland (d'où 3 millions d'exemplaires sont sortis depuis 2007), l'esprit japonais du « Kenzen » - le principe de l'amélioration permanente - incite Nissan à le faire progresser quand il le faut. Moyennant quoi sa palette de motorisations a été progressivement et intégralement renouvelée en quelques semaines.

Conservant son bloc d'origine, le diesel d'accès 1.5 dCi a ainsi été retravaillé, passant de 100 à 115 ch, tout en affichant des émissions réduites - 105 g/km en boîte 6 vitesses - aux nouvelles normes 6d-TEMP. Et pour la première fois, il peut être accouplé à une boîte auto DCT à double embrayage à 7 rapports.

Le Qashqai vient aussi d'étrenner le nouveau bloc 1.750 cm3 de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui développe ici 150 ch, proposé en traction avant ou en 4x4, et dans ce cas avec une boîte 6 vitesses ou une automatique Xtronic, type CVT améliorée Nissan.

Et si la cylindrée des nouveaux blocs essence reste à 1.332 cm3, tout a changé (chambre de combustion, réduction des frottements, suralimentation, cartographie), y compris la maintenance, étendue de 20 000 à 30 000 kilomètres. Exit les 115 et 160 ch, le nouveau DIG-T délivre maintenant 140 et 160 ch, la meilleure version pouvant aussi recevoir la boîte auto DCT.

Essayé en premier, ce nouvel attelage fait d'emblée preuve d'une souplesse agréable en ville. Et ne dévoile véritablement sa force qu'en l'appelant du pied droit, où l'on se retrouve vite au-delà des vitesses admises. Ce qui se traduit en montagne par une grande aisance, sans pour autant se montrer bruyant.

Moins pesant sur le train avant qu'un gros diesel, ce bloc essence f ait corps avec un châssis de qualité, ici en traction avant, plutôt incisif pour un SUV, et dirigé par une direction précise. Et soutenu aussi par une suspension jamais inconfortable qui contre efficacement le roulis. Agréable et assez réactive, la boîte auto séquentielle contribue à lisser la consommation, nos 8,6 l./100 obtenus durant l'essai étant assurément améliorables.

Plus lourd sur le train avant, le 1.75 dCi de 150 ch - ici en 4x4 et boîte auto Xtronic - fait néanmoins quasiment jeu égal avec son pendant essence sur sol sec (pour prendre l'avantage sur chaussée humide), mais tout en consommant forcément moins à conditions routières égales. À peine moins réactive que la DCT, la boîte auto Xtronic reste agréable, et surtout mieux ficelée à l'usage que les autres transmissions CVT de la concurrence.

Comparativement, le plus petit diesel 1.5 dCi 115 ch, à la sonorité un peu rauque, est loin d'être ridicule. Plutôt destiné aux utilisateurs de flottes d'entreprise par ses faibles rejets de CO2, il n'est jamais décevant tant qu'on ne lui demande pas de faire des étincelles. Et avec la boîte auto EDC, la conduite apparaît vraiment plus « relax » dans les embouteillages, tout en cantonnant facilement la consommation autour des 5 l./100 en roulant normalement.

Taillées pour raboter les rejets de CO2 et autres NOx, ces nouvelles motorisations élèvent grosso-modo la facture d'achat de 1 200 € en moyenne, ce qui échelonne la gamme du Qashqai 2019 entre 24 650 et 40 900 €.

Sur le Qashqai 2019, le système d'info-divertissement NissanConnect a été perfectionné (meilleure définition d'écran, navigation TomTom et infotrafic). Pour sa part, la finition cœur de gamme Acenta reçoit Android et Carplay de série. Enfin, dès cet été, les hauts de gamme Tekna et Tekna+ intégreront l'aide à la conduite semi-autonome ProPilot, jusqu'alors apanage de la série spéciale éponyme.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer