AccueilL'activité des entreprises fragilisée

L'activité des entreprises fragilisée

L'activité des entreprises fragilisée
© CCIR Auvergne-Rhône-Alpes

Publié le ,

« Le bilan de l'année 2019 s'avère positif en termes d'activité pour les TPE-PME de notre région mais il l'aurait été encore davantage sans le mouvement social d'ampleur qui a débuté en fin d'année » explique Philippe Guérand, président de la CCIR Auvergne-Rhône-Alpes. Concrètement le bilan de 2019 est relativement proche de celui de l'année précédente : 46 % des entreprises annoncent une progression, elles étaient 48 % en 2018.

Alors que le PIB de la France a reculé au 4e trimestre 2019 (-0,1%), le panel régional de conjoncture montre que les manifestations et blocages liés à la réforme des retraites ont fortement impacté certaines TPE-PME (notamment hébergement-restauration, transport-logistique, industrie, commerce).

En revanche, le baromètre montre que la confiance dans la situation économique générale ne connaît pas de dégradation et les perspectives pour le 1er semestre sont « timidement favorables ». Dans un environnement international incertain, le débouché export reste peu porteur pour les TPE-PME.

L'emploi devrait poursuivre son développement mais sur un rythme ralenti

Dans le détail, l'étude explique que 14 % des TPE-PME affichent une progression supérieure ou égale à 10 %. C'est dans le tertiaire supérieur-informatique et le BTP que les fortes progressions de CA sont les plus fréquentes.

Globalement, la part des entreprises en hausse de chiffre d'affaires est plus importante que celle des entreprises en baisse : solde de + 20 points (en recul de trois points par rapport à 2018).

Ce solde est largement positif pour presque tous les segments d'activité : + 44 pour le BTP, soit une progression sensible par rapport à 2018, + 21 pour le commerce et services aux particuliers, également en progression sensible. Pour ce dernier segment, le commerce de détail connaît un redressement avec un solde qui s'établit à + 11 alors qu'il était négatif en 2018. Le solde est également nettement positif pour le tertiaire « B to B », avec + 23 (en recul de 7 points par rapport à 2018, avec notamment un bilan très partagé dans le transport logistique).

L'industrie ne s'inscrit toutefois pas dans cette tendance générale. Pour les TPI-PMI, le solde « part des entreprises en hausse » - « part des entreprises en baisse » est légèrement négatif (- 1) alors qu'il était largement positif l'année dernière. La part des TPI- PMI ayant enregistré une baisse de chiffre d'affaires a en effet progressé de façon sensible (+ 15 points à 36 %).

Des difficultés de recrutement dans le BTP et la logistique

Interrogées sur les freins à leur développement, les TPE-PME de la région placent toujours en première position, de façon encore très nette, les difficultés de recrutement, notamment dans le BTP et le transport/logistique, avec plus d'une entreprise sur deux touchée. Le 2e frein le plus fréquemment cité est le manque de vigueur de l'activité en progression de 3 points. Une entreprise sur trois de l'industrie le cite en ce début d'année, ce qui montre que le climat des affaires reste mitigé pour certaines industries. C'est dans le BTP que les problèmes d'insuffisance de rentabilité sont les plus fréquents.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?