Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

DCS Easyware accélère son développement à l'international

le - - Entreprise de la semaine

DCS Easyware accélère son développement à l'international
DR - Centre de services de DCS Easyware

Dotée de moyens financiers supplémentaires depuis son rachat par le groupe Synergie courant 2018, DCS Easyware annonce trois à quatre opérations de croissance externe pour 2019, afin de la positionner davantage sur le plan européen. Les 100 M€ de chiffre d'affaires sont en ligne de mire dans les cinq ans.

« Le closing de l'acquisition d'une entreprise espagnole implantée sur des métiers connexes aux nôtres et réalisant près de 15 M€ de chiffre d'affaires par an devrait se tenir en mai 2019. DCS Easyware cible également une acquisition en Belgique, pour une PME réalisant 2 M€ de chiffre d'affaires, une prise de participation dans une société luxembourgeoise faisant 5 M€ de chiffre d'affaires et, enfin, une acquisition en région parisienne d'une entreprise de 10 M€ de chiffre d'affaires », explique Fabienne Dallière,

présidente de DCS Easyware. L'entreprise née en Haute-Savoie qui fêtera ses 50 ans en 2020 évolue dans le maintien opérationnel des infrastructures numériques et l'infogérance.

En 2018, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 44 M€, en croissance de 4,7 % par rapport à 2017, dont 2,5 M€ à l'international.

Depuis la prise de participation, à hauteur de 66 %, par le groupe de travail temporaire Synergie, DCS Easyware se voit dotée de moyens pour atteindre ses ambitions : « 70 M€ à l'horizon 2020 et 100 M€ dans les cinq ans ».

« L'entreprise avait engagé une politique de veille pour des acquisitions en Europe avant d'être reprise par Synergie. Aujourd'hui, de part aussi la stratégie internationale de ce groupe de travail temporaire détenu par l'actionnaire principal de DCS Easyware, Daniel Augereau, la volonté est encore plus forte », estime Fabienne Dallière qui affirme que « cette opération juridique est sans impact sur la stratégie ou le fonctionnement opérationnel de DCS Easyware ». A l'avenir, l'entreprise devrait réaliser 20 à 30 % de son chiffre d'affaires hors des frontières. L'Italie fait partie des cibles secondaires, une fois ses croissances externes en Espagne et au Benelux intégrées.

Cette politique international lui permet d'atteindre une taille critique pour servir le marché des grands comptes. « Ces acquisitions sont un gage de réactivité et d'agilité pour nos clients, témoigne Bruno Lavaud, directeur commercial et du développement de DCS Easyware. Cependant, nous comptons conserver une taille intermédiaire. » Alors que l'entreprise a doublé son chiffre d'affaires entre 2014 et 2018, « uniquement grâce à la croissance organique », la PME doit toutefois « franchir le cap symbolique des 50 M€ de chiffre d'affaires pour conquérir une nouvelle typologie de marchés », dit Fabienne Dallière. DSC Easyware affirme cependant s'occuper des services numériques d'entreprise comme le Crédit Agricole, « notre premier client », la SNCF, Boiron, Apicil, Renault Trucks, Iveco, la Métropole de Lyon ou encore la Région Auvergne-Rhône-Alpes. « En 2018, l'entreprise a réalisé 18 M€ de son chiffre d'affaires avec des sociétés implantées en Auvergne-Rhône-Alpes, uniquement en prestations de services. »

« 250 embauches par an », Fabienne Dallière, présidente de DCS Easyware

Quelle est votre politique de ressources humaines ?

L'entreprise compte 650 personnes, aux deux-tiers techniciens et un tiers d'ingénieurs. L'essentiel de nos métiers est exercé par des techniciens. Nous faisons appel à des experts et à des freelances pour des compétences plus pointues. Nous recrutons près de 250 personnes par an car le monde des informaticiens est touché par la pénurie et le turn-over. En 2018, nous avons connu un turn-over de l'ordre de 25 %, contre 10 à 15 % habituellement. Le marché de l'emploi tendu l'explique.

Quels sont vos canaux de recrutement ?

Ils sont le plus diversifiés possible. Nous recrutons aujourd'hui beaucoup via les réseaux sociaux qui est devenu notre outil de prédilection. Nous participons à des jobboard. La cooptation rémunérée marche également très bien. La formation et la promotion interne fonctionnent aussi. Nous devons être créatifs et réactifs pour séduire. Et nous accordons une attention toute particulière à l'intégration des nouveaux collaborateurs pour encourager la fidélisation.

Votre adossement à un groupe de travail temporaire, Synergie, va-t-il vous aider dans vos besoins en personnel ?

Synergie va nous permettre l'accès à de nouveaux profils, à sourcer de nouveaux candidats mais ne va pas résoudre tous nos problèmes RH.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer