AccueilSociétéDéveloppement Local - Isère : Le lac artificiel le plus haut d’Europe

Développement Local - Isère : Le lac artificiel le plus haut d’Europe

C’est la plus haute d’Europe et l’une des plus importantes avec ses 165 000 m3 d’eau.

ActualitéSociété Publié le ,

Sous le regard du glacier de Sarenne, les travaux de la retenue de l’Herpie suivent leur cours pour une mise en eau fin août. Objectif : assurer l’enneigement de la piste mythique de la Sarenne de l’Alpe-d’Huez, avec ses 16 km de descente partant du sommet du Pic Blanc, culminant à 3 300 m d’altitude, jusque dans les gorges du village d’Huez (1 500 m). « Les quantités de neige (enregistrées depuis une quinzaine d’années) s’amenuisaient et rendaient la situation un peu critique quant à l’enneigement attendu par les amoureux de la nature et de sensations fortes », affirme Christian Reverbel, directeur des pistes de l’Alpe d’Huez depuis 1970 et responsable des travaux de l’Herpie pour le compte de la SATA (Société d’Aménagement Touristique de l’Alpe d’Huez et des Grandes Rousses). Et ce n’est pas peu dire ! La piste n’était ouverte que 50 jours en moyenne ces derniers temps.

Un chantier d'exception

Onze ans d’études diligentées par la SATA – maître d’ouvrage – accompagné par le bureau d’études Alpes Ingé, ont été nécessaires à sa mise en oeuvre. « Ce fut un travail de longue haleine au cours duquel nous nous sommes rapprochés de la Cemagref (Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement) ainsi que de la DREAL Rhône-Alpes afin de savoir si l’eau fondue, retransformée en neige artificielle, permettrait de protéger le glacier », indique Christian Reverbel. Afin de limiter l’impact sur l’environnement, un inventaire de la faune et de la flore, mais aussi piscicole, en partie basse de la piste, a été réalisé pour aboutir à ce projet composé de trois éléments distincts : le lac artificiel d’une part de 165 000 m3 ; « alors que les retenues moyennes disposent d’une capacité de 70 000 m3 à 100 000 m3 », confie Franck Machet, ingénieur géotechnicien chez Alpes Ingé du bureau d’études isérois – et d’autre part, les installations techniques abritant les pompes et compresseurs d’air ainsi qu’un réseau de canalisations alimentant les 72 enneigeurs disposés sur 70 % de la piste. Rien n’a été laissé au hasard. « Ce site s’avère stratégique. C’est une cuvette rocheuse naturelle sans barrage garantissant sa stabilité », précise Franck Machet. Pour sa réalisation, des travaux de minage ont été entrepris en juillet 2013 qui ont permis d’évacuer 180 000 m3 de déblais intégralement recyclés sur site, dont 130 000 m3 utilisés comme remblais pour ériger une digue de retenue en aval de l’ouvrage. Les 50 000 m3 restants ont été employés comme matériaux drainants au fond de la retenue mais aussi pour habiller les talus intérieurs avant la mise en place du dispositif d’étanchéité. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5114 du samedi 16 août 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?