AccueilSociétéDéveloppement local - Grand Lyon - Renégociation en vue pour le prix de l’eau

Développement local - Grand Lyon - Renégociation en vue pour le prix de l’eau

Tous les 5 ans, le Grand Lyon renégocie le contrat de distribution d’eau avec Véolia et la SDEI.

ActualitéSociété Publié le ,

Après deux baisses du prix du m3, la collectivité demande une baisse de l’abonnement. En attendant une remise à plat générale en 2015.

Jusqu’en 1970, la production et la distribution de l’eau sur le Grand Lyon fonctionnait en régie. Cette année-là, la collectivité a décidé de déléguer ce service public. Cas particulier pour la ville de Lyon qui n’a intégré le dispositif qu’en 1987. Depuis, c’est Véolia (ex-Générale des Eaux) qui gère 85 % du réseau aux côtés de la SDEI (fi liale de la Lyonnaise des eaux). Deux contrats président à cette délégation. Un contrat d’affermage pour la distribution (la collectivité finance les ouvrages) et un contrat de concession pour la production (le délégataire finance les ouvrages). Ces contrats courent jusqu’au 3 février 2015. Pour autant, ce n’est pas un carcan indéboulonnable. Une procédure de révision est prévue tous les cinq ans. En 2002, une importante modification a eu lieu, affectant notamment le prix de l’eau à la baisse. Idem en 2008. Selon Jean-Paul Colin, vice-président du Grand Lyon chargé de la politique de l’eau, ces manoeuvres ont permis aux habitants d’économiser 60 € sur une facture annuelle moyenne de 390 € (sachant que le prix du m3 est tout de même réévalué chaque année). Seulement, sur la facture d’eau, il n’y a pas que le m3 consommé qui est compté. Il y a également l’abonnement. Et en dix ans, il a progressé de 33 % (il est aujourd’hui de 72 €/an). Ce qui a été prix d’un côté a été presque récupéré de l’autre… La nouvelle renégociation quinquennale qui a lieu cette année et qui sera effective en 2013 porte donc, à la demande du Grand Lyon, sur le prix de l’abonnement mais également sur le montant de la redevance versée à la collectivité par les deux prestataires.
Les élus réclament une baisse significative de l’abonnement et une hausse de la redevance. Le beurre et l’argent du beurre ? D’aucuns font remarquer que Lyon est la 3e ville la plus chère de France en termes de facture d’eau. Les concessionnaires auraient donc de la marge ! Quoi qu’il en soit, les tractations sont en cours. Et la collectivité a un avantage : le contrat s’achève dans 3 ans. Rien ne l’oblige à conserver le schéma actuel. Les élus ont s’ailleurs fait savoir qu’ils étudiaient quatre possibilités : la gestion unique en régie, la gestion externalisée en lot unique, la mixité des modes de gestion avec un découpage territorial (rive droite en régie et rive gauche externalisé) ou encore la mixité des modes de gestion avec un découpage fonctionnel (production en régie et distribution externalisée). Le scénario choisi sera mis en délibération en conseil communautaire en octobre prochain. Les entreprises sont-elles réellement mises sous pression ? Pas sûr. Les privés font régulièrement état de leur doute quant à la capacité de la collectivité à rétablir une régie. Certaines l’ont quand même fait…

A.R.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?