AccueilSociétéDéveloppement local - Bons voeux : l’appel pour 2012

Développement local - Bons voeux : l’appel pour 2012

« Indifférent au logement des Français, le gouvernement choisit de détruire une filière aux emplois non délocalisables », c’est le message très clair que plusieurs présidents, notamment celui de la Fédération française du Bâtiment, ont décidé de faire passer en cette fin d’année.

ActualitéSociété Publié le ,

Un appel clair pour 2012, les présidents du conseil national de la construction, de la Fédération française du bâtiment, de la Fédération des promoteurs immobiliers, du syndicat national des aménageurs lotisseurs et de l’Union des Maisons Françaises, MM. Marc Pigeon, Didier Ridoret, Mme Pascale Poirot et M. Christian Louis-Victor, déplorent l’accumulation de mesures défavorables au logement des Français depuis l’été : fiscalisation des plus values immobilières ; très forte réduction des avantages accordés à l’investissement locatif en 2012 puis suppression du dispositif sans mesure de remplacement ni perspectives, instauration de plafonds de prix technocratiques. La forte réduction du volume de crédits consacrés à l’accession à la propriété (PTZ) et la baisse des avantages accordés aux logements des étudiants et des personnes âgées sont aussi sur le grill.
Bien évidemment, la hausse de la TVA sur les travaux et sur l’accession sociale à la propriété de 5,5 % à 7 % et la révision du dispositif éco PTZ, coup de rabot sur le CIDD sont au centre des inquiétudes. Les acteurs du logement tirent la sonnette d’alarme : « Les mesures auront de graves conséquences sur l’emploi dans le bâtiment, pourtant grand pourvoyeur d’emplois avec, actuellement, 1,17 millions de salariés.
En effet, un logement représente entre un et demi et deux emplois directs non délocalisables, sans compter les emplois induits dans toute la chaîne de production. En conséquence, ce sont au minimum 35 000 postes qui seront mécaniquement supprimés au cours de la seule année 2012 alors qu’entre 2008 et 2010, le bâtiment avait subi une perte de 40 000 emplois mais en 3 ans ! Et le bilan risque de s’aggraver encore beaucoup plus en fin 2012-début 2013, au fur et à mesure que les programmes de logements collectifs lancés en 2010 et 2011 seront livrés ».
Tous inviteront début 2012 les candidats à l’élection présidentielle à présenter leurs propositions et par la même leurs voeux pour cette nouvelle année.

C.B-A

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?