AccueilSociétéDéveloppement local - Aménagement - Le Lyon-Turin au Parlement européen pour en faire un projet pilote

Développement local - Aménagement - Le Lyon-Turin au Parlement européen pour en faire un projet pilote

A l’initiative de quatre députés européens de sensibilités politiques diverses, Michel Quentin, Gianluca Susta, Sylvie Guillaume et Carlo Fidanza, une réunion d’information sur la nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin a été organisée au Parlement européen de Strasbourg, en présence du Commissaire extraordinaire du Gouvernement italien, Mario Virano, et du président de la Commission intergouvernementale, Louis Besson.

ActualitéSociété Publié le ,

Cette rencontre s’est déroulée dans le contexte de l’examen en cours au Parlement européen, des propositions de la Commission pour la définition des nouvelles infrastructures prioritaires du « Réseau Central » de l’Union européenne et pour leur financement durant la prochaine période budgétaire 2014-2020. Le Comité pour la Transalpine et le Comitato Transpadana ont présenté aux parlementaires européens les enjeux du projet pour la croissance économique, pour l’emploi et aussi pour la valorisation de l’environnement que permet le report des trafics transalpins de la route vers le rail.
La nouvelle liaison concerne annuellement plus de 200 Md€ d’échanges commerciaux et 25 millions de voyageurs. Son coût de réalisation annuel représente donc moins de 1 % du total de ces échanges.
La présentation des principaux résultats de l’analyse coûtbénéfices a notamment mis en évidence le gain de 3 millions de tonnes annuelles de CO2 sur l’ensemble de la liaison grâce au report de 700 000 poids lourds de la route vers le rail, soit l’équivalent des rejets de gaz à effet de serre d’une ville de 300 000 habitants.

Des retombées optimales sur la croissance, l’emploi et l’environnement

Les collectivités territoriales, les représentants économiques et industriels qui adhèrent aux deux Comités ont insisté sur l’urgence de cette infrastructure qui reliera de manière efficace, sûre et respectueuse de l’environnement, les grandes régions économiques du sud de l’Europe, celles qui ont le plus besoin de soutien à la croissance et ont demandé aux parlementaires présents de soutenir les propositions faites par la Commission en octobre dernier : un budget minimum de 31,7 Md€ en faveur des infrastructures de transports européennes, un financement de 40 % des sections transfrontalières, comme le tunnel de base de la liaison Lyon-Turin, la création de projects bonds européens pour le financement des grands projets d’infrastructures.
Ces trois conditions sont nécessaires pour que le tunnel de base de la nouvelle liaison Lyon- Turin puisse être définitivement lancé fin 2013, sous forme de projet pilote pour l’Europe, basé sur le financement innovant et des retombées optimales sur la croissance, l’emploi et l’environnement comme l’a proposé Laurens Jan Brinkhorst, coordinateur européen, lors de la réunion de la plate-forme du corridor Lyon-Turin.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?