AccueilCultureSpectacle vivantCultures sans frontières aux Célestins pour la saison 17-18

Cultures sans frontières aux Célestins pour la saison 17-18

La nouvelle saison du théâtre des Célestins s'annonce sous les meilleurs auspices. Même si elle témoigne d'un courage audacieux en programmant dès la rentrée, une création de Claudia Stavisky pour (quasiment) un mois de représentations.
Cultures sans frontières aux Célestins pour la saison 17-18
Arnaud Bertereau - Loveless par Anne Buffet et Yann Dacosta

CultureSpectacle vivant Publié le ,

La directrice Claudia Stavisky ne choisit pas la facilité en décidant de monter "Rabbit Hole" de David Lindsay-Abaire, prix Pulitzer 2007. Un texte qui « explore avec finesse et sincérité le parcours d'une famille soudainement désorientée, provoquant des télescopages embarrassés et comiques à la fois face aux situations ordinaires devenues absurdes », selon le texte de la plaquette de saison.

Pas forcément un texte facile, tout comme la deuxième création maison, qui est également le deuxième spectacle de la saison, "Dans la peau du monstre", assemblage de deux pièces "Lilli/Heiner intra muros" de Lucie Depauw et "Intégral dans ma peau" de Stéphanie Marchais, mise en scène par Cécile Auxire-Marmouget et Christian Taponard, un projet intrigant à souhait.

Ce qui frappe dans cette nouvelle saison, c'est la fidélité que le théâtre et son équipe témoigne aux artistes qu'elle soutient. De Tatiana Frolova à Pascal Rambert, en passant par Jean-Pierre Vincent et Martial Da Fonzo Bo pour ne citer qu'eux. Ainsi, dans le cadre du festival Sens interdits (dont les Célestins accueillent six productions), le Théâtre KnAM et Frolova reviennent avec une nouvelle production de leur splendide théâtre documentaire, "Je n'ai pas encore commencé à vivre". Ainsi revient la Schaubühne de Berlin et Thomas Ostermeier avec "Professeur Berhnardi" de Arthur Snitzler.

André Dussolier joue les ultimes dates de son quintet pour quatre musiciens et une voix (la sienne) dans le lieu où il a été créé à l'automne 2014 tandis que Claudia Stavisky reprend "Tableau d'une exécution" de Howard Baker, créée à l'automne dernier. Cerise sur le gâteau, la venue de Rezo Gabriadze, marionnettiste géorgien de génie louangé par Peter Brooks himself avec deux spectacles de Noël. À réserver dare dare !

Théâtre des célestins, www.celestins-lyon.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?