AccueilVie juridique"Culture : Poussin, Matisse, Soulages... des raisons d'espérer ?", par Jean-Marie Chanon

"Culture : Poussin, Matisse, Soulages... des raisons d'espérer ?", par Jean-Marie Chanon

Malgré la crise du Covid, l'art est resté debout, "parce que la culture a toujours été un mode de survie" salue l'avocat Jean-Marie Chanon dans une tribune au Tout Lyon. L'ancien Bâtonnier de l'Ordre cite en exemple l'oeuvre très collective pour faire vivre et grandir encore le Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Vie juridique Publié le ,

Il y a plus d'un an, la vie culturelle s'est brutalement figée, faisant place très rapidement au désespoir pour beaucoup de ses acteurs, à l'amertume pour tous ceux qui perdaient alors une partie de leur raison de vivre, au découragement pour tous ceux qui croyaient - à raison - que la culture était une activité sociale essentielle.

Et un apprentissage continu permettant l'épanouissement du plus grand nombre, et, en cette période de grandes turbulences, un remède contre la violence sous toutes ses formes... Mais, parce que l'art, donc la culture, a toujours été un mode de survie, les piliers sont restés débout !

© Archives TL - Jean-Marie Chanon

Encourager, accompagner et fédérer tous ceux qui promeuvent la culture

Ce séisme rappelle en tous cas cette impérieuse nécessité d'encourager, d'accompagner et de fédérer tous ceux qui, par leurs engagements, permettent de promouvoir la culture dans sa diversité, avec le dessein de participer au progrès économique et social pour construire cette société harmonieuse et solidaire à laquelle tous aspirent.

Depuis le 12e siècle, et en tous cas avec le 17e et le 18e siècles, la France est le creuset d'une culture multiforme avec ses écrivains, ses philosophes, ses peintres, ses architectes, ses chanteurs, ses acteurs… et avec cette langue universelle qui diffuse ses richesses dans le monde entier.

Une longue série d'acquisitions au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Les musées font naturellement partie de tout ce qui perpétue et élève ce rayonnement au bénéfice de tous, du simple particulier aux grandes Institutions.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon vient de présenter à la presse l'acquisition de la dernière œuvre de Matisse « Katia à la chemise jaune », dont l'achat a pu être réalisé grâce à un partenariat fort et continu entre l'Etat, la Ville de Lyon, le Club du Musée Saint Pierre.

Cette acquisition, majeure, est la dernière en date d'une longue lignée, mais ne sera pas la dernière. En suite de l'achat en 2007 de « La fuite en Egypte » de Nicolas Poussin, se sont succédées de magnifiques acquisitions : trois tableaux de Soulages, un tableau d'Ingres, deux tableaux de Fragonard, un deuxième Poussin…

© Lyon MBA – Photo Alain Basset / Nicolas Poussin, La Fuite en Egypte, 1657.

Une oeuvre collective à Lyon

On ne peut s'arrêter là sans souligner les participations, elles aussi fortes et constantes, du Cercle Poussin, qui ont permis l'acquisition d'œuvres, elles aussi majeures, d'Etienne-Martin, de Degas, Thomas Blanchet, Corneille de Lyon, Cornell, Lam… Ainsi que les engagements du Cercle 21 et de l'Association des Amis du Musée, qui ont contribué à l'achat d'œuvres de Stella, Bonnefond, Etienne-Martin, Maxwell, Degas…

Mais, en première ligne, depuis 2004, il y a Sylvie Ramond, Directrice de cet exceptionnel musée, dont les choix, les convictions et la saine obstination provoquent, avec l'enthousiasme et la passion de ses équipes, les mouvements nécessaires auxquels rien ne résiste…

La Culture est un mouvement perpétuel qui a commencé à la nuit des temps et qui ne sera jamais interrompu par les soubresauts et les crises de nos sociétés ; et acceptons cette conviction exprimée par Ford Coppola : « L'art en général est la réponse au futur. C'est l'entreprise la plus importante à laquelle nous puissions nous consacrer ».

Jean-Marie Chanon

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?