Cul sec

billet

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Il y a quelques jours, à la frontière espagnole, une centaine de viticulteurs installait un barrage filtrant et déversait des cuves de vin pour protester contre les importations à bas prix. Le président du syndicat des vignerons de l’Aude justifiait ainsi ces actions : « on protège notre production ». Drôle de conception du marché unique ! Drôles de mœurs pour profession qui bénéficie d’une réglementation européenne particulièrement favorable Bruxelles. On appelle cela cracher dans le vin. Les chiffres de 2015 montrent que la France a repris la tête des exportateurs de vins et spiritueux, avec une hausse des ventes de 8,7 %, mais une baisse des volumes de 3,6 %. On vend moins mais plus cher. D’autant que beaucoup de producteurs, ceux qui vendent des flacons de grande qualité, peinent à satisfaire la demande d’un marché qui tire vers le haut. « French qualität » ! Alors au lieu de se battre sur le terrain des vins à bas prix, sur lesquels les concurrencent l’Espagne, l’Italie et les domaines du Nouveau Monde, les producteurs seraient bien inspirés, à l’image de leurs homologues des Corbières, de commercialiser des vins... biens élevés.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?