Cul sec

billet

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Il y a quelques jours, à la frontière espagnole, une centaine de viticulteurs installait un barrage filtrant et déversait des cuves de vin pour protester contre les importations à bas prix. Le président du syndicat des vignerons de l’Aude justifiait ainsi ces actions : « on protège notre production ». Drôle de conception du marché unique ! Drôles de mœurs pour profession qui bénéficie d’une réglementation européenne particulièrement favorable Bruxelles. On appelle cela cracher dans le vin. Les chiffres de 2015 montrent que la France a repris la tête des exportateurs de vins et spiritueux, avec une hausse des ventes de 8,7 %, mais une baisse des volumes de 3,6 %. On vend moins mais plus cher. D’autant que beaucoup de producteurs, ceux qui vendent des flacons de grande qualité, peinent à satisfaire la demande d’un marché qui tire vers le haut. « French qualität » ! Alors au lieu de se battre sur le terrain des vins à bas prix, sur lesquels les concurrencent l’Espagne, l’Italie et les domaines du Nouveau Monde, les producteurs seraient bien inspirés, à l’image de leurs homologues des Corbières, de commercialiser des vins... biens élevés.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?