AccueilActualitéCryoreflex, la thérapie par le froid

Cryoreflex, la thérapie par le froid

Le premier centre de cryothérapie corps entier à l'azote liquide a ouvert à Lyon-Vaise.
Cryoreflex, la thérapie par le froid
© Cryoreflex - Yohan Gil et Alexis Vuillemard lors de l'inauguration du centre

Actualité Publié le ,

Plongé jusqu’au cou de - 110°C à - 190°C dans une cabine hermétique. Le concept a de quoi refroidir, et pourtant... La cryothérapie, c’est la thérapie par le froid. Autrement dit, exposer le corps à des températures extrêmes et créer un choc thermique qui va générer des bienfaits multiples. « Aux Etats-Unis et en Europe de l’Est, cette science existe depuis les années 1970. En France, depuis deux trois ans seulement », explique Yohan Gil, co-fondateur avec son cousin Alexis Vuillemard du centre Cryoreflex, inauguré début février.
À respectivement 25 et 23 ans, les associés ont découvert la pratique chacun à leur manière. L’un suite à un accident de moto qui a nécessité onze mois de rééducation, l’autre dans le cadre d’une activité sportive pratiquée à haut niveau. Utilisateurs avant d’être professionnels du secteur, ils se battent pour démocratiser le concept : « On croit souvent que la cryothérapie n’est réservée qu’aux sportifs, dans le cadre d’une préparation physique ou d’une réparation musculaire. C’est juste, mais pas que. L’outil est à disposition de tous : des gens viennent pour se détendre, d’autres sont atteints de maladies dégénératives et cherchent à atténuer leur douleur… ».
Une séance (49 € les 3 minutes), cinq, vingt… Tout dépend finalement des personnes et de leurs motivations. Vaporisé des parois d’une machine sortie tout droit du futur, le nuage d’azote enveloppe le corps qui va se mettre à sécréter beaucoup d’endorphines. En résulte des effets anti-stress, anti-antalgique et anti-inflammatoire qui, en prime, boostent l’immunothérapie. Sans compter que l’on se déleste d’entre 500 et 1 500 calories par session.
Formés tous les deux par Frédéric Bridel, ancien kinésithérapeute du Stade Rennais et pionnier de la cryothérapie en France, les fondateurs ont choisi d’implanter leur centre à Vaise, à côté des salles de sport et de la piscine olympique. Certains joueurs du LOU Rugby et de l’Asvel sont déjà venus de leur propre initiative, et un contrat vient d’être signé avec l’athlète Estelle Perrossier : elle vient deux fois par semaine dans le cadre de sa préparation aux jeux Olympiques.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?