AccueilCRCC de Lyon/Comment les entreprises peuvent-elle se préparer au mieux au déconfinement ?

CRCC de Lyon/Comment les entreprises peuvent-elle se préparer au mieux au déconfinement ?

CRCC de Lyon/Comment les entreprises peuvent-elle se préparer au mieux au déconfinement ?
Sylvain Boccon-Gibod, président de la CRCC de Lyon

Publié le ,

Quelle est la problématique majeure à laquelle font face les entreprises ?

La majeure partie des entreprises font face, depuis le début de la crise sanitaire, à la problématique du ralentissement de l'activité économique. Les besoins de trésorerie en résultant ont pu être limités par les dispositifs publics mis en place, notamment le Prêt Garanti par l'Etat. La phase de confinement va s'arrêter pour donner lieu à une reprise, dont la forme est encore difficile à appréhender. La réalité sera différente en fonction des secteurs d'activités et sera probablement étalée dans le temps.

Sur le plan opérationnel, c'est un défi majeur pour les dirigeants et leurs équipes. Nous devons tous repenser notre organisation du travail à long terme. A court terme, le coût des protections sanitaires que la situation impose ne va pas être négligeable tout comme le recul de la productivité issue des nouveaux aménagements obligatoires des postes de travail.

Le PGE est-il vraiment sans risque ?

Aujourd'hui, le nerf de la guerre pour un dirigeant va être la trésorerie de sa société. Face aux tensions de trésorerie survenues pendant le confinement, bon nombre d'entreprises se sont tournées vers la formule dite du PGE. Si ce dispositif s'est révélé salvateur, il a aussi pour conséquence d'augmenter de manière significative l'endettement.

Le sujet actuel de la trésorerie va mécaniquement se déplacer sur la période de remboursement du PGE. Les entreprises auront-elles la capacité d'y faire face ? C'est encore tôt pour se prononcer, mais on ne peut pas exclure que les conditions du PGE soient amenées à évoluer si le contexte l'imposait.

Que préconisez-vous pour éviter au maximum les problèmes de trésorerie ?

Il faut tout d'abord avoir la vision la plus claire possible sur sa trésorerie disponible. Pour cela, le dirigeant doit être en lien permanent avec ses partenaires financiers (experts-comptables pour la gestion, investisseurs et établissements bancaires pour les apports externes). Il doit renforcer cette confiance avec eux et communiquer en toute transparence. Il est également important qu'il soit en lien avec le Tribunal de Commerce afin d'identifier et de mettre en place les dispositifs adéquats si nécessaire. Afin de crédibiliser ses comptes annuels, le dirigeant a intérêt à les faire valider par un CAC. En effet, l'audit légal réalisé par un CAC constitue un instrument de transparence et de sécurisation, mais aussi de valorisation des entreprises auprès de leur environnement, afin de rebondir sur des bases saines et positives.

Il me semble important que, dans la mesure du possible, les entreprises sortent leurs comptes 2019. Aujourd'hui, un dirigeant doit être crédible dans son projet et prouver qu'il est en capacité de produire ses comptes dans un délai raisonnable et de présenter la situation de sa société à jour. Cela représente un gage de crédibilité et de confiance vis-à-vis de son environnement économique.

En cette phase de reprise, la profession de CAC est-elle plus que jamais nécessaire ?

Nous allons vers une période qui aura un niveau d'incertitudes important. Nous sommes dans une situation de grande fragilité mais notre profession est totalement consciente qu'elle doit jouer pleinement son rôle de garant de la sécurité financière et de créateur de confiance, condition sine qua non à une reprise rapide et efficace de notre système économique. Le CAC est un véritable partenaire auprès d'un dirigeant et sa présence et son expertise permettent de rassurer. D'où l'incompréhension des CAC face à la remontée des seuils, qui réduit leur champ d'intervention et donc les dispositifs de prévention, dans un contexte où la profession est plus que jamais nécessaire.

Propos recueillis auprès de Sylvain Boccon-Gibod, Président de la CRCC de Lyon

Repères

La Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes (CRCC) de Lyon regroupe les commissaires aux comptes (CAC) de l'Ain, de la Loire et du Rhône. Elle garantit le bon exercice de la profession au niveau local. Aujourd'hui elle vous propose « Les rendez-vous de la CRCC ». « Notre profession est essentielle à la vie économique, et c'est ce que nous démontrerons avec ces pro- chaines publications », explique Sylain Boccon-Gibod, président de la CRCC de Lyon.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?