AccueilCultureCinémaAmin/Nos Batailles : coup double pour Aura Cinéma

Amin/Nos Batailles : coup double pour Aura Cinéma

Amin/Nos Batailles : coup double pour Aura Cinéma

CultureCinéma Publié le ,

Deux films co-produit par Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma sont sortis sur les écrans simultanément le 3 octobre 2018 . Amin de Philippe Faucon, et Nos Batailles de Guillaume Senez, sont à mettre en parallèle pour de multiples raisons. L'estampille régionale n'est pas un gage de qualité, mais il se trouve que les deux longs métrages sont deux bons films, qui ont séduit les plus capés des critiques parisiens.

Le thème du déracinement et des « étranges étrangers » cher à Prévert, revient chez Philippe Faucon qui l'a traité notamment avec Fatima (2 César en 2016). Pour Amin, le réalisateur décrit une histoire d'amour entre une infirmière française en instance de divorce et un travailleur sénégalais du bâtiment.

Sur les deux versants familiaux des deux amants, la liaison passe mal. Le réalisateur Philippe Faucon a trouvé la bonne alchimie entre une comédienne connue, Emmanuelle Devos, juste, émouvante et sensuelle, et Moustapha M'Benge, un comédien-musicien travaillant en Italie, inconnu dans le cinéma français. Moustapha M'Benge dégage une force et une puissance tranquille, tout en sobriété de jeu, qui mériteraient d'être réexploitées au cinéma.

Philippe Faucon montre avec subtilité une nouvelle génération de travailleurs immigrés, qui accepte moins facilement les conditions de travail et de vie dégradées, et une nouvelle génération de femmes vivant « au pays » (au Sénégal en l'occurrence) qui accepte moins facilement l'obéissance à la gente masculine brutale (MarèmeN'Diaye). La femme française, qui fait le choix de la liberté, elle aussi, chez Faucon, n'est pas la mieux lotie, même si elle, est bien sûr du bon côté de la Méditerranée.

Avec Nos Batailles, Guillaume Senez décrit une autre réalité quotidienne. Il est parti de sa propre histoire pour écrire le film. A la suite de sa séparation avec la mère de ses enfants, il s'est demandé comment il aurait fait s'il s'était retrouvé seul face à la vie avec ses enfants. C'est le cas de son personnage, Olivier (Romain Duris).

Ce dernier est chef d'équipe dans une entreprise de vente en ligne (« amaliz.com »), apprécié de tous, il est représentant du personnel. Mais un jour, sa femme quitte le domicile sans raison apparente, il se retrouve seul à gérer sa vie avec ses deux enfants de 5 et 9 ans. Romain Duris trouve un rôle qu'il n'avait pas tenu dans sa carrière, un père courage, qui marque peut-être le tournant de la maturité de l'acteur.

De très jolies scènes avec les enfants ainsi qu'entre le frère et la sœur (Laetitia Dosch) conduisent à penser au cinéma de Maurice Pialat. Une certaine façon de jouer et de filmer avec autant de pudeur que de proximité avec les acteurs.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?