AccueilActualitéSociétéCoup de chapeau à Emmanuelle Gaide

Coup de chapeau à Emmanuelle Gaide

Avec des arrière-arrière-grands parents rubaniers à Saint-Etienne et des grands-mères qui lui ont appris à tenir le fil et l’aiguille dès son plus jeune âge, Emmanuelle Gaide avait un destin cousu d’avance.

ActualitéSociété Publié le ,

Mais c’est lors de sa visite au musée du chapeau de Chazelles-sur-Lyon, alors qu’elle n’a que treize ans, que sa vocation se révèle. « Quand j’ai vu tout ce qu’il était possible de faire autour d’une tête, j’ai senti que c’était pour moi ! » Après des études aux arts appliqués de Lyon, elle cherche un stage en entreprise pour acquérir le savoir-faire du chapeau. Finalement embauchée pour succéder à la modiste qui s’apprête à partir en retraite dans une société de trente personnes à Anse, elle travaille alors comme ouvrière pendant un an et demi. « Un univers difficile que je ne connaissais pas du tout », reconnaît-elle, sans pour autant renoncer à son idée. Elle devient ensuite assistante du responsable de collection, apprend les techniques traditionnelles du chapeau et commence à mûrir son projet avec Florence Guyot, une jeune collègue de la chapellerie. Cette expérience de terrain l’aiguille ainsi sur la suite de son histoire qui se matérialise par la création de La Tribu des Oiseaux, en 1999.
Avec son associée, elles projettent de réaliser des chapeaux pour les mariages, en intégrant des plumes d’oiseaux dans leurs modèles. Mais très vite, elles réalisent que ce créneau n’est pas le bon. Elles optent pour le chapeau de pluie qui leur assure un avenir plus ensoleillé et qui représente, aujourd’hui, 70 % de leur production. Dès leur premier salon, les deux jeunes modistes obtiennent des commandes pour le compte du Bon Marché à Paris ainsi que pour des clients italiens et japonais, férus des chapeaux de pluie.
Après des débuts prudents pour les premières collections qu’elles produisent dans le salon de leur maison, elles s’installent dans un atelier rue d’Ivry à la Croix-Rousse, avec, au rez-de-chaussée, un petit show-room ouvert à la clientèle le vendredi et, à l’étage, l’atelier où s’activent, tous les jours, une modiste, une couturière, une apprentie et une employée administrative. .../...


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5127 du samedi 15 novembre 2014

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?