Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Enchères / Evènement : William Adolphe Bouguereau à l'Hôtel d'Ainay

le - - Enchères

Vente événement ce dimanche 13 octobre sous le marteau de maître Cécile Conan-Fillatre puis que sera dispersé lors de cette vente un superbe ensemble d'œuvres du peintre William Adolphe Bouguereau (1825-1905). Une occasion rarissime de découvrir et acquérir les tableaux de ce portraitiste hors pair.

Ce n'est pas rare mais rarissime de voir proposer un tel ensemble d'œuvres de cet artiste en vente souligne Olivier Houg, expert lors de cette vente. La raison tient essentiellement dans leur provenance puisque celles-ci ont toutes appartenu au même collectionneur, ami de Madame Vincens-Bouguereau et sont issues directement de l'atelier de l'artiste. La plupart sont des études de tableaux connus de William Adolphe Bouguereau et ne portent pas forcément sa signature puisque seuls les tableaux vendus ou destinés à une exposition étaient signés.

On retrouve ainsi dans cet ensemble des portraits de modèles avec lesquels Bouguereau a réalisé plusieurs tableaux tout au long de sa carrière. A suivre par exemple ce « Portrait d'une femme (Maria) à Pompei, 1851 », graphite sur papier de l'artiste portant le cachet avec paraphe du petits-fils de l'artiste, William Vincens-Bouguereau, pour une estimation annoncée entre 6 000 et 8 000 € mais aussi et pour une estimation identique ce « Portrait d'une italienne en costume régional, 1851 », aquarelle et graphite sur papier situé à Velletri en haut à gauche. « Les femmes d'Alger », d'après Eugène Delacroix, devraient tout autant facilement trouver leur public à partir d'une estimation établie entre 4 000 et 6 000 € tout comme cette « Femme et enfant », huile sur papier collé sur toile de l'artiste attendue également entre 4 000 et 6 000 €.

Hôtel d'Ainay – Dimanche 13 octobre à 14 h 30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.conanauction.fr

Regards sur le XXe siècle chez de Baecque & Associés

20e opus ce 12 octobre des ventes consacrées au Design, à l'art moderne et à l'art contemporain du XXe siècle sous le marteau de Maîtres de Baecque & Associés. Catalogue très fourni comme il se doit avec notamment ce rare lampadaire modèle « 1036 » de Gino Sarfati (1912-1985) dans une édition Aretluce. A base circulaire de marbre blanc et corps en laiton, ce luminaire est estimé 12 000/15 000 €.

Plus loin au catalogue, on remarque encore un autre lampadaire cette fois d'Ico Parisi (1916-1996), modèle dit « Iride » en métal laqué noir et ailette d'aluminium, pour une estimation annoncée entre 4 000 et 6 000 € mais aussi un piétement de table en bronze patiné mordoré simulant une branche où trois oiseaux sont posés surmonté d'un plateau de verre ovale, très belle pièce de René Broissand attendue entre 4 000 et 5 000 €. Côté peinture, à suivre de près « Au café, effet de lumière, circa 1980 », une huile sur toile de Jacques Truphémus (1922-2017) pour laquelle l'estimation à 8 000/12 000 € devrait facilement être atteinte voire dépassée.

De Baecque & Associés – Samedi 12 octobre à 14 h 30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.debaecque .fr

"Les Femmes d'Alger" par W. A. Bouguereau estimé 4 000/6 000 €

"Femme et enfant" par W. A. Bouguereau estimé 4 000/6 000 €

"Portrait d'une femme (Maria) à Pompei, 1851" par W. A. Bouguereau estimé 6 000/8 000 €

Piétement de table de René Broissand estimé 4 000/5 000 €

Lampadaire "Iride" d'Ico Parisi estimé 4 000/6 000 €

"Au café, effet de lumière, circa 1980" , Huile sur toile de Jacques Truphémus estimée 8 000/12 000 €

"Portrait d'une femme (Maria) à Pompei, 1851" par W. A. Bouguereau estimé 6 000/8 000 €

Lampadaire de Gino Sarfati estimé 12 000/15 000 €

Adjugés !

4 500 € (hors frais), c'est la belle enchère atteinte ce 26 septembre chez de Baecque & Associés par une redingote griffée Worth situé vers 1880 et initialement attendue entre 1 500 et 2 000 €. Dans la même vente, Le Musée de l'armée se portait acquéreur d'un rare papier peint à la gloire des Spahis algériens pour 550 € (hors frais) tandis que le centre des monuments nationaux portait une enchère à 1 700 € (hors frais) sur une précieuse bourse en sablé de perles du XVIIIe initialement estimée entre 800 et 1 300 €.

Belle enchère encore pour une rare coffre de voyage en cuir brodé, travail indo-portugais du XVIIème puisqu'attendu entre 2 000 et 2 500 €, il atteignait au marteau 21 000 €.

26 septembre toujours mais cette fois du côté de l'Hôtel d'Ainay avec une vente entièrement dédiée aux objets de collections. Grosse affluence sur le live avec quand même une audience de 150 personnes qui poussaient les enchères assez haut comme ces 640 € (hors frais) portés par un amateur sur ce chat allongé regardant une lampe sous globe, céramique en craquelé de L. Fontinelle initialement attendue entre 80 et 100 €. Beaux résultats également pour les céramiques de Jean Gerbino (Vallauris) avec notamment les 420 € (hors frais) atteints par une paire de vases balustres électrifiés estimés avant la vente entre 180 et 210 €.




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer