AccueilChiffreCommissaires aux comptes : « La cybercriminalité, un fléau »

Commissaires aux comptes : « La cybercriminalité, un fléau »

Après « Les délais de règlement », la Compagnie régionale des commissaires aux comptes (CRCC) de Lyon a consacré son second Petit-déjeuner de l'intérêt général à la thématique de la cybercriminalité.
Commissaires aux comptes : « La cybercriminalité, un fléau »

Vie juridiqueChiffre Publié le ,

« Les Petits-déjeuners de l’intérêt général sont une initiative de la CRCC qui a mis en place un cycle de rencontres avec des décideurs publics et privés autour de thématiques essentielles pour la bonne marche de l’économie. Nous voulons faire passer des messages et faire remonter les informations au législateur ». En définissant le cadre de ces rendez-vous désormais attendus, Olivier Arthaud, président de la CRCC de Lyon, ouvrait la seconde édition portant sur le thème de la cybercriminalité.

Un sujet majeur lorsque l’on sait que toutes les entreprises sont concernées et que 30 % des fraudes déclarées sont le fait de cyber-attaques. Olivier Arthaud précisait que « la cybercriminalité est un fléau qui coûte 3,36 Md€ aux entreprises. En France, ce sont les fraudes les plus fréquentes, après les détournements d’actifs ». Pour parer à ce phénomène, les entreprises ont augmenté leurs investissements dans le domaine de la sécurité. Exactement 73 % des sociétés françaises anticipent des actes de cybercriminalité au cours des 24 prochains mois.

La prévention, voilà le maître mot scandé par Judicaëlle Ruby, commissaire divisionnaire-chef de la division économique et financière à la DIPJ de Lyon : « Les escroqueries aux faux ordres de virement ont explosé. Idem pour les virus qui cryptent les données. En 2015, plus de 5 millions de documents malveillants ont été créés ». S’appuyant sur des exemples concrets et malheureusement anxiogènes, Judicaëlle Ruby a rappelé des règles élémentaires de prudence, invitant les chefs d’entreprise à ne pas mélanger sphères personnelle et professionnelle, « les réseaux sociaux s’avérant de formidables mines d’informations pour les escrocs ». Soulignant le rôle crucial du commissaire aux comptes face à ces nouveaux risques, Olivier Arthaud a rappelé qu’en tant que professionnel du chiffre, « il demeure un soutien et une garantie pour toute entreprise ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?